Abidjan: les forces de l’ordre interrompt brutalement la grève de la faim des victimes déchets toxiques à l’ambassade des usa

Abidjan: les forces de l'ordre interrompt brutalement la grève de la faim des victimes déchets toxiques à l’ambassade des usaAAbidjan: les forces de l'ordre interrompt brutalement la grève de la faim des victimes déchets toxiques à l’ambassade des usa

Charls koffi «Nous avons décidé à partir du jeudi 11 août 2016 dès 10h et ce, jusqu’à nouvel ordre, d’observer une grève illimitée de la faim devant uniquement   l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en suspendant celle prévue devant le siège de Children of Africa de madame Dominique Ouattara ce, après échange avec le commissaire Houphouët Hyacinthe du 8eme arrondissement de police de Cocody, échange intervenu au bureau dudit commissaire le  jeudi 4 aout 2016 de 10h à 11h », a déclaré, Charles Koffi Hanon, président  du Réseau pour²la défense des droits des victimes des déchets  toxiques de Côte d’Ivoire.

Et de donner les raisons de  la  colère des dites victimes

«Il s’agira à cette occasion de dénoncer le comportement  anti légal de madame N’guessan Allah Kouadio Alice, première présidente de la Cour d’Appel du Plateau et exiger que des mandats d’arrêts soient décernés contre Kone Cheick Oumar, Gohourou Ziallo Claude Francois, Awa N’ Diaye Epouse M’ Baye et Digbeu Léocadie condamnes à 20 ans de prison ferme ».

police_manif1_0Comme  prévu ce jeudi à 10h, ce sont près de 600 victimes et  d’autres en route qui ont pris d’assaut l’ambassade des Etats-Unis Cocody Riviera Golf, pour y observer une grève illimitée de la faim. A peine assises et dépliant une banderole sur laquelle  est écrite : «Déchets toxiques : détournement de 4,658 milliards de F CFA : pour une bonne administration de la justice, les victimes exigent qu’il soit décerné des mandats d’arrêts contre Koné Cheick Oumar, Gohourou Claude, Awa N’ Diaye, Epouse M’ Baye Et Digbeu Léocadie condamnes a 20 ans de prison ferme le mercredi 27 juillet 2016 par la cour d’appel du plateau…», qu’elles sauront à quoi s’attendre dans un pays démocratique

A la suite d’une communication téléphonique mise sur haut-parleur par le commissaire du 18ème  arrondissement de Cocody avec le Préfet de police d’Abidjan, ce dernier comme à son habitude constat des victimes, ordonne au commissaire de faire immédiatement dégager lesdits lieux.

victimes-dechets-toxiques0Les hommes en tenue hystériques comme piqués  par un virus, dans une colère indescriptible rejointe par deux bâchées contenant d’autres éléments vont violenter, pourchasser et même  mettre de force certaines victimes dans des moyens de déplacement pour les accompagner au 3eme pont payant même le passage et les abandonnant dans la commune de Marcory.

Charles Koffi, président desdites victimes qui était en interview avec la presse nationale et internationale dont Rfi a également été sommé par ces mêmes éléments de quitter les lieux. Interrogé sur cette situation de zèle outrancier des forces de l’ordre, il a simplement souligné que de tels comportements n’honorent pas l’Etat de droit en Côte d’Ivoire. Il  poursuit en disant que leur manifestation au regard de l’article 11 de la Constitution ivoirienne n’ayant pas été formellement interdite par le ministère de l’Intérieur est légale. Il compte reprendre cette grève jusqu’à obtention de cause, ou qu’une interdiction formelle leur soit notifiée par les autorités compétentes.

charles hanonIl conclue en exhortant les dirigeants ivoiriens à  être des exemples de bonne gouvernance : «En donnant l’exemple du respect de nos lois et institutions que nous nous sommes volontairement imposées. Et à ce propos, le président des Etats-Unis ne disait-il pas que l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais plutôt d’institutions fortes. Nul individu ne pouvant indéfiniment avoir le monopole de la violence, la loi est établie pour nous éloigne des comportements bestiaux».

GRACE OZHYLLY