Abidjan-Procès:Des victimes dénonncent le jeu de l’Avocat général de la Cour d’Appel

Abidjan-Procès:Des victimes dénonncent le jeu de l’Avocat général de la Cour d'Appel

CITATION 1 001Les victimes des déchets toxiques d’Abidjan dénoncent  les positions  lugubrement floues de l’avocat général de la Cour d’Appel d’Abidjan-Plateau et la responsabilité pénale de KONE Cheick Oumar en tant que complice de GOHOUROU Claude dans le détournement des 4,658 milliards de F CFA.

dechets111«Après les réquisitions de l’avocat général BAKAYOKO Ousmane, représentant le parquet général, donc le procureur général, il nous plaît d’animer plusieurs conférences de presse avant le délibéré fixé au mercredi 27 Juillet 2016 par Madame N’GUESSAN ALICE ALLAH KOUADIO, présidente de la cour d’Appel du Plateau et de la première chambre correctionnelle de cette cour d’Appel en charge de l’instruction et du jugement de notre affaire. Mais pourquoi plusieurs conférences de presse ? Tout simplement parce que nous voulons expliquer pas à pas et point par point à l’opinion les griefs essentiels contenus dans notre plainte et la teneur de la décision du tribunal condamnant  tous les prévenus à 20 ans de prison ferme  sans mandat de dépôt et la dénégation à tort du bien-fondé de la constitution  de partie civile de M. Charles KOFFI, président de notre association…».

Une déclaration faite par le chargé de communication du Bureau du réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de cote d’ivoire (Renadvidet-ci), samedi  16 juillet 2016 , lors d’une conférence de presse autour du délibéré dans l’affaire relative au détournement de la somme de 4,658 milliards de F CFA prévu au mercredi 27 juillet 2016  .

 Et de poursuivre :

PREUVES MANDATS «Charles Koffi, l’une des parties civiles dans cette procédure puisqu’il n’a pas été le seul à être auditionné par la police économique et par le juge du premier cabinet d’instruction du plateau respectivement dans le cadre de l’enquête préliminaire et de l’instruction de cette affaire comme voudrait le faire croire l’avocat général BAKAYOKO Ousmane. Un ami d’enfance de KONE Cheick Oumar pour avoir grandi ensemble avec lui à MAN et instruit par une personnalité de la chancellerie, oncle de KONE Cheick Oumar pour consacrer l’impunité par sa volonté aveuglée de soustraire KONE Cheick Oumar de sa responsabilité pénale pourtant clairement établie dans cette affaire », martèle ce responsable du Renadvidet-ci.

MANDAT 1 001En effet, selon  lui, l’avocat général BAKAYOKO Ousmane dans ses réquisitions a fait noter à la cour que KONE CheickOumar n’a effectué aucun retrait dans les 4,658 milliards de F CFA transférés dans des conditions obscures du compte de la coordination ouvert le 24 mars 2010 dans les livres d’ACCESS BANK. «Cette banque devenue AFRILAND FIRST BANK sur un compte ouvert le même jour par AWA N’DIAYE, épouse M’BAYE, celle qu’il dit avoir mandaté pour gérer  cet argent qui, selon lui constituait ses honoraires en sa prétendue qualité de conseil juridique de cette coordination.Le compte ouvert par AWA N’DIAYE, était en réalité un compte de passage pour servir de moyen à une insidieuse opération de blanchiment de capitaux au profit de KONE CheickOumar ».

En  fait, souligne le chargé de communication du Renadvidet-ci, KONE Cheick Oumar a reçu le paiement injustifié de deux chèquesd’un montant de 528 millions de F CFA tirés sur le compte de la coordination à ACCESS BANK. «Il apparaît comme le principal bénéficiaire des fonds qui ont transité sur le compte de dame AWA N’ DIAYE. ET 2milliards 466 millions 889 F CFA qui ont transité sur le compte d’AWA N’ DIAYE, agissant en réalité pour le compte de KONE CheickOumar, 1 milliard 756 millions a été entièrement transféré dans le patrimoine de celui-ci à travers l’ensemble de ces 8entreprises qui composent son groupe «KONECO». Le compte d’AWA N’ DIAYE a coupé malicieusement les fonds de leur origine illicite».

Plus incisif il note :

CETATION 3 001«Contrairement à ce que l’avocat général BAKAYOKO Ousmane veut faire croire à l’opinion, que les 4,658 milliards de F CFA sont encore détenus par ACCESS BANK devenue AFRILAND FIRST BANK  et que cette dernière n’avait  jamais reconnu avoir fait un quelconque dépôt à terme (DAT) sur un quelconque centimedu montant litigieux et le directeur des affaires juridiques de cette banque de faire semblant de balbutier sur cette question. C’est qu’en réalité, en plus de fait que que cette banque avait déjà déposé lesdits documents à l’instruction devant le premier cabinet d’instruction du plateau et les documents en question sont détenus aussi bien par l’avocat général BAKAYOKO Ousmane représentant le parquet général que par la cour d’Appel représentée par madame ALLAH KOUADIO ALICE N’GUESSAN.

« Le probable accord entre le parquet général et cette banque est d’entretenir le flou  pour laver l’image de KONE CHEICK Oumar afin de maintenir cette affaire dans un dilatoire indéfini en exemptant ladite banque du paiement desdits fonds par des ruses et subterfuges juridiques »

«C’est ce qui justifie la réquisition de BAKOYOKO Ousmane selon laquelle les victimes devaient aller faire prévaloir leur droit devant le tribunal civil ce, en dépit de leur constitution de partie civile dans cette procédure pénale ; car, ici, l’action civile quoique procédant de l’action pénale est indépendante de celle-ci. Et ledit avocat général n’a cessé tout le long des différentes audiences de menacer le président de  notre association dont les membres ont été grugés et  notre conseil », dénonce le conférencier

«Sur ledit point, il a été recadré par notre conseil, Me Tanoh DIAVATCHE Pierre. Il va même plus loin pour déclarer mal fondé la constitution de partie civile de M. Charles KOFFI sous le fallacieux prétexte qu’il a été déjà indemnisé et dénié les 6.623 autres victimes de leur constitution de partie civile poussant le cynisme-même dans sa lecture  à voix basse de cette procédure ce, pour ne pas que nous fassions attention à ses allégations mensongères. Selon lesquelles appel du jugement en cause avait été fait par notre président en lieu et place de notre conseil pour que la présidente de la cour retienne ledit mensonge pourdéclarer ledit appel irrecevable à l’égard des 6.623 victimes dans le délibéré en vue.

cheque 2 001«Nous reviendrons avec preuve à l’appui sur la recevabilité et le bien-fondé de la constitution de partie civile de M. Charles KOFFI et de celle des 6.623 autres victimes, membres de l’associationqu’il a l’honneur de présider à l’occasion d’une autre conférence de presse».

Pour revenir au fameux DAT d’un milliard de F CFA et non de deux milliards de F CFA comme voulait le faire croire l’ avocat général BAKAYOKO Ousmane. Il est clairement explicité dans le rapport d’enquête des experts financiers de la cellule nationale du traitement des informations financières de côte d’Ivoire (CENTIF-CI) versé par le premier cabinet d’instruction du plateau dans la procédure en question  et lequel rapport estdétenu par ledit avocat général.

«Et c’est parce que le rapport  d’enquête en question est détenu par les autorités politiques et la communauté internationale à travers leur différente chancellerie que le ministère de la justice précédent pour donner une bonne image de notre justice à l’extérieur aurait obligé le juge KONE Bernard à condamner les prévenus mais sans décerner de mandats de dépôt ce, dans l’exclusive but de protéger KONE Cheick Oumar qui aurait soudoyé nombres d’autorités politiques et judiciaires du régime précédant et actuel dans cette affaire. C’est aussi pour la même raison que l’agreement du RENADVIDET-CI est indument retenu par l’actuel ministère de l’intérieur qui ne savait certainement pas que cet obstacle juridique pouvait être contourné par la constitution d’un avocat conformément à l’article 20 du code de procédure civile».

victimes-dechets-toxiques0-300x225Le rapport d’enquête de la CENTIF-CI dit que dame AWA N’ DIAYE, mandataire de KONE CheickOumar a fait un DAT d’un milliard de F CFA qui a permis à KONE Cheick Oumar d’obtenir une ligne de crédit d’un montant supérieur audit DAT à savoir 1 milliard 150 millions de F CFA.

Toutes ces transactions atypiques ont été effectuées dans l’indemnisation des victimes et au sein de la banque en cause. Elle a même octroyé des prêts avec intérêt et acheté une maison de 52 millions 467 mille 560 FCFA dans une banlieue parisienne. Ce cadeau lui a été  offert par KONE CheickOumar pour lui témoigner sa reconnaissance ce, pour avoir servi de couverture pour le détournement des 4,658 milliards de F CFA.KONE CheickOumar pour avoir reconnu avoir été le principal bénéficiaire de ces fonds et accepté d’en assumer l’entière responsabilité, aurait demandé à l’ex-procureur de la république, M. KOUADIO Simplice de remettre à dame AWA N’ DIAYE son passeport bloqué à l’aéroport  d’Abidjan par la police économique lorsqu’ elle tentait de fuir la côte d’ ivoire pour avoir été informé de notre plainte.

«A l’analyse, avec la fuite de cette dame, il s’agissait pour KONE CheickOumar avec l’aide de ses soutiens politico-judiciaires de brouiller les pistes. Nous porterons sous peu ses déclarations faites dans le cadre de l’ enquête préliminaire avant sa fuite arrangée à votre connaissance et également celle de GOHOUROU Claude contenues dans le jugement du 13 Janvier 2015 avant son départ arrangée sur la France par certaines autorités politiques actuelles dont le ministère de l’ intérieur n’ est pas en marge pour laisser KONE CHEICK Oumar seul créer le flou avec le soutien de la chancellerie et du parquet général qui auraient instruit l’ avocat général BAKAYOKO Ousmane à cette fin.

cheque 1 001Vu ce qui précède, KONE Cheick Oumar ne peut pas valablement être renvoyé des fins de poursuite des faits de complicité d’abus de confiance et de blanchiment de capitaux.

Nous mettons quelques citations à partie civile pour montrer que M. Charles KOFFI n’ est pas la seule partie civile et donc n’ a pas été le seul à être auditionné  dans cette procédure et une copie de la liste de 100 victimes avec mandat donné à l’une d’entre nous ordonné par le premier cabinet d’ instruction alors présidé par madame Assi Dosso Juliette pour faciliter notre audition ce, au regard de notre grand nombre et parce qu’il s’agissait du même préjudice à savoir le détournement de la somme de nos 727.500 F CFA.

Car, si elle devait entendre individuellement chacune des 6.624 victimes comme l’exige l’avocat  général BAKAYOKO Ousmane, on serait encore au stade de l’enquête préliminaire même jusqu’ en 2020.

MANDAT 001MANDAT 001-2 copies de deux chèques perçus personnellement par KONE CheickOumar contrairement aux réquisitions de l’ avocat général BAKAYOKO Ousmane selon lesquelles KONE CheickOumar n’ avait effectué aucun retrait dans le montant litigieux pour demander qu’ il soit renvoyé des fins de poursuite des délits de complicité d’ abus de confiance et de blanchiment de capitaux retenus par le tribunal contre lui », explique le chargé à la communication Botty julien, pour le du Renadvidet-ci

GRACE OZHYLLY