Affaire SINPORT/ Comment Hilaire Lamizana manigance pour s’ approprier le projet?

C’est une affaire aussi opaque que retentissante, dont les remous s’étendent des quais de San-Pédro aux bords de la lagune d’Abidjan.
Quelques semaines après la publication d’un dossier sur « l’affaire SINPORT ». Nous avons été interpellés par certaines personnes se faisant passer pour des agents du port autonome de San-Pédro. Ces derniers qui visiblement essaient de nous intimider voudraient des preuves de ce que nous avançons.
Dans nos investigations, nous avons pu avoir plus de 700 enregistrements téléphoniques entre le Directeur de la Communication du port de San-Pédro, Parfait Agbo et le Commissaire Général du SINPORT, Arthur Bléou.
Ces enregistrement aussi bouleversants que choquant démontrent la conspiration menée pour de fond en combe pour faire discréditer celui qui aura passer des nuits blanches à réfléchir pour créer un concept pour attirer des investisseur en Côte d’Ivoire.
Afin d’éviter une mort certaine au poumon économique de la Côte d’Ivoire, la Semaine industrielle et portuaire (SINPORT) a été initié en 2014. Mais des tentatives malsaines des autorités portuaires de s’accaparer le projet au détriment de son promoteur car ce forum a enregistré plus de 8000 milliards intentions d’investissement.
Après cette première édition, le promoteur du projet s’est vu disputer la paternité de son projet par des ravisseurs du port qui le lui ont signifié. En lieu et place du paiement intégral des factures qui s’élèvent à près de 800 millions de francs Cfa, c’est quelques dizaines de millions qui sont versés au promoteur de la SINPORT pendant que certains bruits courentt qu’il aurait reçu l’intégralité de la somme.
Cette brouille a plus ou moins marché du moment où ce dernier a eu à faire à une meute de débiteurs qui en étaient après lui, l’accusant d’avoir détourné leur argent.
Le directeur général du Port, Hilaire Lamizana et son directeur de communication affirment à qui veut l’entendre qu’ils ont réglé la note. Ils sont ‘’réglos’’ vis-à-vis du promoteur de la SINPORT. Mais des enregistrements téléphoniques infirment leur position. Tout porte à croire qu’en matière de business, il n’ya que les intérêts qui font la loi. Car Arthur Bleou est en réalité victime d’un dénigrement et d’une tentative délibérée des autorités portuaires de lui ôter toute crédibilité aux yeux de ses fournisseurs.
A travers ses enregistrements, Parfait Agbo affirme sûr de lui qu’il y a une cabale montée contre Arthur Bléou. Des révélations à couper le souffle
Dans leur Conversation du 26 août 2014, M. Agbo dément formellement l’émission par le port d’un chèque de 245 millions en guise de paiement d’une première tranche des 800 millions Fcfa de créances.
Agbo dénonce le mythisme qui règne au sein de son service dans sa conversation du 15 août 2014, « Le port est devenu une mafia depuis la nomination du prédécesseur de mon patron et cela est resté jusqu’à aujourd’hui ».
Dans la même vaine, il fait des aveux quelques semaines plutôt, précisément le 6 juillet 2014, « Ce que les gens ignorent, SINPORT, ce sont les jeunes gens qui ont créé leur concept … Ils avaient voulu rentrer au port u temps de l’ancien Directeur Général mais on les a empêché…Il (le Caire) est venu présenter le projet au DG et le DG m’a demandé de travailler avec lui sur ce projet. Et il se trouve que les gens de l’intérieur ont torpillé le projet » a-t-il avoué. Notons que ce jour là, la conversation a duré 27 minutes et 46 secondes.
Alors que le budget de la dette fait plus de 230 millions, il s’étonne que l’état financier passe à 250 millions auprès du directeur financier. Quelque chose qu’il semble ne pas comprendre. C’est pourquoi, il a invité l’auditeur à plus de vigilance car c’est une guerre de chiffre à qui en tirera profit.
«Les gens sont persuadés qu’on a gagné plein de sous mais moi ça me désole…J’ai dit au petit (parlant de l’auditeur) qu’il ya des dettes (chapiteaux, hôtesses…) » confie-t-il à Arthur.
« Nous sommes allés sur une opération ensemble. Les termes étaient bien définis mais à la fin de l’opération, il ya un côté qui a très bien marché (c’est-à-dire la « vente du port » et un autre côté n’a pas marché et tu es seul face à cela ! »
Alors que se référant à une parution du journal gouvernemental, il reconnaît le franc succès du SINPORT : « Cela fait 30 ans que je suis à poste et C’est pour la première fois que le port est vendu dans le vrai sans du terme…Avec SINPORT, le port en a bénéficié»
Après tous ces aveux, d’où vient-il que Arthur Bléou ait perçu un chèque de 245 millions en guise de paiement d’une première tranche des 800 millions Fcfa de créances.
D’autres enregistrements confirment l’implication, supercherie, hypocrisie, égoïsme, ingratitude et la malversation des dirigeants de ce port.
Pendant qu’il était sur la sellette, les projecteurs ont illuminé le port de San-Pédro pendant trois jours, du 7 au 9 mai 2014, lors de la Semaine industrielle et portuaire (SINPORT) et lui ont permis de rattraper son retard en matière de communication. Ce qui lui a valu une visibilité de 360°.
Présentement, Arthur Raoul Bléou est victime de menace de mort. Pour preuve, sa page facebook est inondée de message et capture qui donnent froid dans le dos.
Un rebondissement dans cette affaire qui certainement permettra au Chef de l’Etat Ivoirien, Alassane Ouattara, de prendre des mesures et permettre à ceux qui veulent travailler pour la république d’y prendre activement part.

Kimou Kouassi