Les États-Unis lèvent leurs sanctions contre Charles Blé Goudé

Barack Obama a annoncé le 14 septembre la levée d’une série de sanctions vieilles de dix ans à l’encontre de trois personnalités ivoiriennes rendues responsables de la crise politique qui secouait le pays. La Côte d’Ivoire était alors depuis 2002 en situation de guerre civile, provoquée par la rébellion contre le chef de l’État Laurent Gbagbo.

Parmi ces personnalités accusées de bloquer le processus de paix négocié en 2003, on compte Charles Blé Goudé, l’ancien ministre de la Jeunesse du président Laurent Gbagbo, accusé de crimes contre l’humanité et aujourd’hui en procès devant la Cour pénale internationale (CPI), tout comme son ancien patron.

Mais aussi Eugène Ngoran Kouadio Djue, leader à l’époque de l’Union pour la libération totale de la Côte d’Ivoire et Martin Kouakou Fofie, ancien « comzone » (chef de guerre) des Forces nouvelles, une coalition de mouvements rebelles, pour le secteur de Korhogo, dans le nord du pays.

Le président américain a évoqué le processus électoral réussi lors de l’élection présidentielle de 2015 et les progrès dans la lutte contre le trafic d’armes et les ressources naturelles pour mettre un terme aux mesures de rétorsion à l’encontre de ces trois hommes.