Le FPI de Gbagbo porte plainte contre le gouvernement de ADO: annonce faite chez Michel Gbagbo

Le camp du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti présidentiel) dirigé par Sangaré Aboudramane a annoncé mardi une “plainte pour harcèlement économique de la population et abus de position’’ contre le gouvernement du chef de l’Etat Alassane Ouattara, après la hausse des prix de l’électricité en Côte d’Ivoire. En présence du fils de Laurent Gbagbo, Michel Gbagbo, dont le domicile a servi de cadre à la conférence de presse

Le camp du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti présidentiel) dirigé par Sangaré Aboudramane a annoncé mardi une “plainte pour harcèlement économique de la population et abus de position’’ contre le gouvernement du chef de l’Etat Alassane Ouattara, après la hausse des prix de l’électricité en Côte d’Ivoire.

“Le FPI a décidé de porter plainte contre le gouvernement Ouattara devant les juridictions nationales et internationales pour harcèlement économique de la population et abus de position’’, a déclaré le secrétaire général de cette tendance du FPI, Alphonse Douaty, lors d’une conférence de presse.

En présence du fils de Laurent Gbagbo, Michel Gbagbo, dont le domicile a servi de cadre à la conférence de presse, l’ancien ministre Alphonse Douaty, a dressé un bilan sans concession du gouvernement de M. Ouattara.

Interrogé sur la méthode que son parti entend mettre en œuvre pour le dépôt de la plainte, M. Douaty a répondu ne pas vouloir en dire plus, n’excluant pas de saisir au besoin les juridictions internationales.

“Le contenu technique et juridique appartient aux techniciens du Droit qui sont en train de faire le travail (…) Au delà de la CI, il y a des juridictions internationales qui peuvent recevoir des plaintes de citoyens contre un gouvernement de leur pays’’

Concernant l’augmentation des prix de l’électricité qui a provoqué de violentes manifestations dans certaines villes du pays, M. Douaty, a appelé le gouvernement à annuler “purement et simplement’’ cet ajustement tarifaire et invité la population à “continuer à s’opposer par tous moyens légaux à cette mesure inique et attentatoire à sa survie’’.

Pour le FPI tendance Sangaré, les tensions sociales nées de la hausse du coût de l’électricité sont en réalité “un acte délibéré du gouvernement’’, la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), cible des violentes manifestations, n’étant qu’“ un alibi pour camoufler des actes de mauvaise gouvernance’’ du chef de l’Etat.

“Il est irresponsable et lâche de la part des gouvernants de déporter sur la CIE, société concessionnaire, l’augmentation actuelle du coût de l’électricité’’, a expliqué M. Douaty.

L’autre point abordé par le conférencier, est le déploiement sur l’ensemble du pays depuis le 26 juillet de près de 3.000 soldats, policiers et gendarmes ivoiriens dans le cadre de l’activation d’un dispositif de sécurité dénommé ‘’Opération de sécurisation des vacances scolaires’’ pour assurer des “vacances paisibles’’ aux populations.

Pour le FPI tendance Sangaré, Cette décision ne s’inscrit pas “dans le cadre légal de l’Etat de siège’’ mais “s’apparente à un Etat d’urgence mal contenu’’ et “déguisé’’.

“La décision d’Alassane Ouattara de déverser l’armée dans la rue annonce un nouveau tournant encore plus meurtrier et plus déshumanisant’’ pour “la Côte d’Ivoire (qui) se transforme insidieusement et dangereusement en une tribu assiégée’’, a conclu M. Douaty sur ce chapitre.

Serge Alain KOFFI de Alerte info