Mauvaise qualité des réseaux de téléphonie mobile: L’Artci veut durcir les sanctions

Mauvaise qualité des réseaux de téléphonie mobile / Bilé Diéméléou, le Directeur général de l’autorité de régulation, était face aux médias pour se prononcer sur la question.

0
155

Mauvaise qualité des réseaux de téléphonie mobile / Bilé Diéméléou, le Directeur général de l’autorité de régulation, était face aux médias pour se prononcer sur la question.

Face à la presse, l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci), le gendarme du secteur, par la voix de son directeur général, Bilé Diéméléou, a annoncé, hier, une batterie de mesures.

Aux côtés du président du conseil de régulation, Lemassou Fofana, Bilé Diéméléou intervenait sur la situation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile qui « s’est fortement dégradée au cours des dernières semaines ».
« Les désagréments occasionnés par cette situation sont nombreux et touchent l’ensemble des populations… Nos contrôles confirment bien les nombreuses plaintes qui nous ont été rapportées : la qualité de service n’est pas satisfaisante », a fait savoir le directeur général.

En raison de cette situation, Bilé Diéméléou annonce la conduite d’un audit (déjà en cours).
« En cas de nouveaux manquements constatés, les sanctions seront beaucoup plus sévères et pourraient aller de la réduction de la durée des licences jusqu’à leur retrait définitif », prévient le directeur général.

Les contrôles inopinés, selon lui, seront plus rapprochés et les résultats seront publiés de manière à faciliter le choix des réseaux par les consommateurs. Avant d’ajouter : «Avec la mise en œuvre de la portabilité en Côte d’Ivoire depuis 3 mois, la possibilité de changer d’opérateur tout en conservant son numéro initial est désormais accessible à tous ».

Au nombre des décisions, les usagers auront la possibilité de suivre la qualité de service vécue à partir de leurs propres témoignages, au travers de l’application
mobile qui sera mise à leur disposition par l’Artci, à compter du 1er trimestre 2019.

Le renforcement des campagnes de sensibilisation à l’endroit des populations sur le respect de l’intégrité des infrastructures techniques d’utilité publique fait partie des décisions. Et les personnes reconnues comme auteurs d’actes de sabotage s’exposeront à des sanctions civiles voire pénales.

par ailleurs, un audit/bilan sur le respect des investissements à faire dans le cadre des engagements de couverture prévus au cahier des charges des opérateurs sera publié au 1er trimestre 2019.

Mesures à prendre

Pendant les travaux de mise à niveau de leurs réseaux, les opérateurs devraient mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour
garantir la permanence et la qualité de service, d’informer le grand public en cas de travaux, incidents ou avaries de nature à dégrader la qualité de service de leurs réseaux.

Sans oublier qu’ils doivent « renforcer la sécurisation de leurs infrastructures pour minimiser l’impact des actes de vandalisme », tout en respectant leurs engagements
d’investissement dans le réseau « pour tenir compte de l’extension des villes et de la croissance en consommation des services numériques ».

En raison de la gravité des faits ayant entraîné des difficultés, voire l’impossibilité de
communiquer ou d’accéder aux services numériques, l’isolement de certaines localités avec des conséquences néfastes sur la prise en charge des situations d’urgence et
un impact négatif sur les activités des entreprises, explique le directeur général, le ministère de l’Économie numérique et de la poste a engagé une série de réunions sur ces
préoccupations à l’effet de juguler les incidences de cette dégradation de la qualité de service des réseaux.

ANOH KOUAO (Frat-Mat)

Facebook Comments