2dd1aab44720ade0947127a8fe9946df au 29 novembre 2022

L’ouverture d’une plateforme numérique a permis à un plus grand nombre de candidats de postuler, même à partir des régions les plus reculées du pays.

Les lauréats de la 16e édition du Prix du président de la République « Ali-Maâchi » pour les jeunes créateurs dans les catégories musique, cinéma et audiovisuel, les catégories littéraires et du quatrième art, ont été dévoilés, hier soir, lors d’ une cérémonie solennelle organisée au Centre international de conférences d’Alger Abdelatif-Rahal.
Cette cérémonie, qui coïncide avec la journée nationale de Artisti, était l’occasion d’honorer et de rendre hommage à pas moins de 34 figures de la scène Artistique. S’agit, entre autres, de Bayouna, Abdelmadjid Meskoud, Moussa Bourdine, Dib El Ayachi, Fatima Hlilou, Sade Djemâaoui, Aida Kechoud, Badi Lalla … Le coup d’envoi de la soirée a été donné par le ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, en présence de hauts fonctionnaires de l’Etat. La ministre a appelé l’ensemble des artistes à « œuvrer, en tant que parti actif, et d’avoir une voix pour rechercher le changement et le développement, et faire des arts des refuges et des traitements au lieu des auto-exils qui tyrannisent certains « . Intervenant lors de l’attribution d’ouverture, le ministre de la Culture et des Arts a révélé qu' »honorer et célébrer l’artiste et apprécier ses contributions n’est ni une tâche officielle ni une tâche populaire », « c’est plutôt un symbole de loyauté et d’appartenance, à travers lequel le rôle du citoyen se manifeste au plus haut niveau », at-elle précisé. « Aujourd’hui, nous sommes également heureux de couronner les nouveaux innovateurs de la jeunesse créative en Algérie », déclare le ministre.
Ce sera leur doté pour professionnaliser le domaine de la créativité et du dépôt », at-elle dit. «Cette nouvelle édition a enregistré une participation record avec pas moins de 717 œuvres, soit 40% de plus par rapport à l’édition précédente», a indiqué Idris Boudiba, président du jury du Prix Ali-Maâchi, en marge de cette cérémonie. Ce dernier a précisé que cette participation « explique l’ouverture d’une plateforme numérique ici pour permettre à un plus grand nombre de candidats de postuler et cela dans les régions plus reculées du pays ». Dans la catégorie Roman, Boudissa relaie que la participation féminine a été importante avec près de 60% du nombre de candidats. Ainsi, le premier prix est revenu à Sarra Mehideb, jeune auteure de Sous un seul soleil. Le second prix a été attribué à Zahra Kechaoui pour son œuvre Moufioula productrice de film n°4561. Le troisième prix a été attribué à Anouar Islam Fissah pour son œuvre Parce que avec le destin.
Les distinctions dans la catégorie musique ont été comme suit : le premier prix est revenu à Bougherda Abdelouahab, les deuxième et troisième prix ont été désignés à Mohamed Chérif Nasri et Belghanem Nabi. S’agissant de la catégorie danse, les trois prix ont été remis respectivement à Haouet Yasmine, Nedjar Ben Abdellah El-Amir, ainsi qu’à Ait Amar Mohamed Amrane. Les distinctions de la catégorie cinéma et audiovisuel ont été désignées à Ameur El Hachemi pour son film Ne vous éloignez pas de moi, alors que Sadi Mohamed Akram s’est vu attribuer le deuxième prix de cette catégorie pour son œuvre Le jeune. Le troisième prix est revenu à Hammi Zakaria pour Le programme. Les trois Prix Ali-Maâchi pour les arts plastiques sont quant à eux revenus à Tebaïbia Mohamed Es-Salih, Chemaimi Mohamed Walid et Dig Mohamed El-Amine. Il ya lieu de noter que cette soirée a été animée par l’orchestre symphonique de l’opéra d’Alger sous la houlette du maestro Lotfi Saïdi.
Dans la catégorie poésie, le premier prix de cette catégorie a été attribué à Rachid Dahmoune alors que les deuxième et troisième prix ont été attribués respectivement à Rebouah Mousslem et Abidat Nadjwa.
Les lauréats pour les jeunes créateurs dans les catégories du quatrième art ont également été dévoilés. Pour les distinctions de la catégorie « meilleure interprétation théâtrale », le premier prix a été attribué à Benchrnine Idris, alors que Bounab Soumia et Fares Abdelkrim ont reçu respectivement les deuxième et troisième prix. Dans la catégorie du meilleur texte dramaturgique, le premier prix est revenu à Gargoua Mohamed Djallal-Eddine, alors que les deuxième et troisième prix ont été remis à Menasria Oussama et Adnane Bilal.
Le jury, composé entre autres de la jeune comédienne Wahiba Baâli, de l’ancien directeur du théâtre régional d’Oran Said Bouabdallah et du chorégraphe et comédien Aissa Chouat, a attribué le deuxième prix à Mohamed Dernouh pour le Godot est arrivé Zakaria Hadba pour le texte Le Loup.
Créé en 2006, le Prix du président de la République pour les jeunes créateurs « Ali-Maâchi » est ouvert aux écrivains (roman, poésie et texte dramaturgique), aux musiciens et compositeurs, aux comédiens, aux chorégraphes et danseurs, aux plasticiens et aux cinéastes âgés entre 18 et 35 ans.
Sihem Oubraham

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *