Et de dix ! l’édition de Aoucheml’incubateur citoyen de LIBERTÉ-Numérique de ce vendredi colle, comme d’habitude, à, l’actualité. Cette fois elle dépasse le cadre national. Le ne faut pas chercher loin puisqu’il s’agit de la guerre. A mot qui revient en force depuis la fin du mois dernier et dont le « terrain » se trouve (pour le moment!) En terre ukrainienne.

Ainsi, c’est sous le signe de la guerre que le partenariat entre LIBERTÉ-Numérique et les clubs estudiantins se manifestent ce vendredi. Les « coupables » sont les membres fidèles de Aouchem, les membres de « Charette-Club ». Les étudiants de l’EPAU (l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme) n’ont pas choisi ce thème par hasard. Par les deux articles pondus, ils montrent également la perception qu’ils ont (et qu’on peut généraliser pour toute leur génération) du conflit qui se déroule à des milliers de kilomètres de l’Algérie. Avec la mondialisation, tout ce qui touche les autres ne peut qu’avoir un effet sur nos jeunes, avides de savoir et de découvrir le monde. Le contenu de cette édition d’Aouchem femmes une idée sur les appréhensions de cette jeunesse devant une guerre qui risque d’embrasser le monde avec les terribles dommages qu’elle suscite et qu’elle risque d’engendrer. C’est plus que des appréhensions…

Aux suivants…

Lire les articles en cliquant sur chaque titre en dessous :

– « Les guerres Encore ! »

– « La guerre, une maladie cauchemardesque »

Lire également :

Aouchem, acte 9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.