Le ministre de la santé, très en colère, a souligné qu’il est inacceptable que l’administration hospitalière renvoie des patients sous prétexte de manque de lits.

Le professeur. Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, a révélé lors d’une réunion d’évaluation avec les directeurs de santé locaux et directeurs d’hôpitaux, tenue par visioconférence, qu’au plus fort de la 3e vague de Covid-19 qui a frappé notre pays l’été dernier, les responsables des établissements de santé ont pas dit la vérité sur la disponibilité des lits.

Il a mis en garde contre tout refus d’accueillir des citoyens au niveau des hôpitaux qui disposent de « tous les moyens matériels et humains » pour faire face au virus.

Le ministre, très en colère, a souligné qu’il était inacceptable que l’administration hospitalière renvoie des patients sous prétexte de manque de lits, précisant que son service avait reçu des appels téléphoniques indiquant qu' »il n’y avait pas de lits disponibles au niveau hospitalier ». quand il y avait encore des lits vacants ».

Pour le représentant du gouvernement, les directeurs de santé et chefs de service doivent assumer pleinement leurs responsabilités, soulignant que l’excuse du manque de lits vacants est désormais inacceptable et inadmissible.

L’enquête menée dans un établissement public, en pleine crise de la troisième vague, a conclu que le taux d’occupation au jour du contrôle était de 26 % de sa capacité.

Un constat contre lequel le ministre de la Santé s’est prononcé, prévenant que ce scénario ne doit pas se répéter, d’autant plus que l’Algérie fait face à une quatrième vague.

A bientôt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.