RÉ.octeur Mohamed Lamine Debaghine, intellectuel parmi la plèbe, de l’écrivain Rachid Khettab, est un ouvrage consacré à la vie et à la carrière militante d’un pionnier du nationalisme algérien, qui a joué un rôle important dans la lutte contre la colonisation française, des années 1940 aux reprise de l’indépendance de l’Algérie.

Récemment publié aux éditions Dar Khettab, l’ouvrage retrace, à travers environ 370 pages, la vie de Mohamed Lamine Debaghine, de sa naissance à La Casbah d’Alger le 24 janvier 1917 jusqu’à sa mort le 20 janvier 2003 à El-Eulma. .

Il retrace les grandes étapes de sa carrière politique avant et après les massacres du 8 mai 1945, puis pendant la lutte armée contre le colonisateur français de 1954 à 1962, période au cours de laquelle il occupa des postes importants, dont celui de ministre des Affaires étrangères. du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Le livre examine l’enfance de cette personnalité et son engagement politique jusqu’en mai 1945, puis de cette période jusqu’à sa démission du Mouvement des triomphes des libertés démocratiques (MTLD) fin 1949., puis décrit sa « traversée du désert ». , qui se prolonge jusqu’à son départ pour Le Caire à l’automne 1955.

L’ouvrage décrit son activité politique à la tête de la délégation extérieure du Front de libération nationale (FLN) et membre du deuxième Comité de coordination et d’exécution (CCE) en 1957, puis comme ministre des Affaires étrangères du GPRA jusqu’en 1959, et enfin sa retraite définitive du champ politique en 1960, pour se consacrer à la profession de médecin, jusqu’à sa mort.

« Cette histoire biographique est à la fois l’aboutissement d’une recherche dans les archives algériennes et françaises et le profil d’une démarche analytique pour saisir les non-dits de notre histoire contemporaine et le rôle de l’intellectuel dans le processus de prise de conscience nationale », explique l’auteur, qui déplore le « petit boulot » de ce personnage qui « s’est muré dans un silence obstiné, refusant de parler de son combat politique ».

Lamine Debaghine, souvent cité par les historiens, les chroniqueurs, les dirigeants et ses contemporains, « n’a jamais fait l’objet d’un véritable travail de recherche », souligne Khettab, notant que le défunt, après l’indépendance de l’Algérie, « a toujours gracieusement décliné les demandes, refusant de parler ou d’écrire », en répondant : « Je n’ai fait que mon devoir, envers Dieu et la Patrie ».

M. Khettab reconnaît cependant que présenter cette biographie n’a pas été « facile » pour deux raisons : « l’une est liée au caractère très discret du personnage qui a laissé très peu de traces écrites ou de confidences. , l’autre concerne les conditions historiques particulières dans lesquelles s’est déroulée toute son activité politique, caractérisée par le secret, du fait de la clandestinité et de la répression coloniale ».

Diplômé en sciences humaines, Rachid Khettab est l’auteur de deux dictionnaires biographiques à caractère historique : Frères et Compagnons, consacré aux Algériens d’origine européenne et de confession juive pendant la guerre de libération nationale, et Les Amis des frères, dédié à l’accompagnement international organisations dans la lutte de libération.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *