Après avoir expulsé les FAR de Rabat lors du deuxième tour de qualification de la Coupe de la CAF en octobre dernier, la JSK semble bien décidée à marquer un nouveau bon coup dans ces huitièmes de finale de la compétition africaine pour tenter d’entrer, pour la troisième année consécutive, dans le célèbres poules de l’événement. C’est pourquoi les Canaries se sont empressées de rassembler le lointain Swaziland, depuis avant-hier, tout cela pour aiguiser leurs armes en temps voulu et surtout pour s’acclimater en cette période de climat tropical où il pleut abondamment sur l’Eswatini depuis un quelques jours. De plus, les compagnons de Réda Bensayah ont dû le constater de visu car à leur arrivée à l’aéroport international King Mswati III jeudi vers 14h, ils ont été agréablement surpris par les bonnes conditions météo, puisque le thermomètre affichait 15°C, alors qu’une pluie fin et à la fin, il arrosa toute la région jour et nuit. « Il est vrai que nous nous attendions à une chaleur tropicale et moite à cette période de l’année en Afrique australe, mais nous avons eu droit à un climat plutôt agréable, ce qui nous a vraiment rassuré d’autant plus que nous avons payé 10 heures de vol avec une petite escale à Ndjamena en Tchad, et c’était très apprécié pour préparer comme devrait être le match tant attendu ce dimanche où il faudra être fort pour relever un grand défi avant le match retour prévu la semaine prochaine, à domicile, à Tizi Ouzou », a-t-il dira l’ancien gardien de l’équipe nationale Omar Hamenad qui s’y connaît un peu, lui qui a sillonné l’Afrique, depuis plusieurs décennies, en tant que joueur ou en tant qu’entraîneur des gardiens de plusieurs clubs algériens. Il est vrai que malgré ce long périple en Afrique australe, les Canaries n’ont pas ressenti la fatigue d’un tel safari puisqu’à bord de ce Boeing 737-600 loué par la compagnie il y aura eu une très bonne ambiance. l’équipe amicale s’est occupée de ces braves jeunes ambassadeurs du football algérien.

Dès leur arrivée à l’hôtel Esibayeni Lodge, situé à proximité du stade Mavuso Sports de Manzani, la deuxième ville du pays après la capitale Mbabane, les canaris ont fait un léger gommage à proximité de leur lieu de résidence, une manière de se dégourdir les jambes et de se ressourcer. .. les manches avant de bénéficier, hier après-midi, d’un bon entraînement au galop dans un stade annexe de la ville de Manzini. « Je pense que tout le groupe est conscient de l’importance de l’enjeu et tous les joueurs sont vraiment mobilisés pour négocier ce dernier tour de qualification qui mène aux groupes », a déclaré l’entraîneur adjoint, Karim Kaced, tandis que l’entraîneur-chef L’ L’entraîneur Ammar Souayah devrait tenir une conférence de presse ce samedi pour partager ses impressions d’avant-match. S’il faut rappeler que des joueurs expérimentés tels que Bensaha, Doukha, Mansouri, Boumechra et Mouaki ne sont pas qualifiés pour ce tour, car ayant signé après les délais fixés au 15 août par la CAF, la JSK fera toujours confiance à la même « classe bouteille » qu’il a osé défier les FAR de Rabat au tour précédent en attendant mieux. Même si le jeune Arfi a pris sa retraite à la dernière minute avec une douleur à la cheville, force est de constater que de jeunes loups comme Nezla, Nait-Salem, Ghanem ou l’audacieux Haroun sont impatients de créer la surprise au Swaziland.

De notre envoyé spécial à Manzini : Mohamed Haouchine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *