Dr Mohamed Yousfi. Président de la Société Algérienne des Maladies Infectieuses

– Les premiers signes de la quatrième vague semblent se dessiner, notamment avec l’augmentation des cas de contamination. Cinq millions de personnes ont complètement terminé leur schéma vaccinal et d’autres n’ont reçu qu’une seule dose. Pensez-vous que le taux de couverture vaccinale est suffisant pour faire face à cette nouvelle vague ?

Pour rien. La couverture vaccinale est inférieure aux objectifs fixés par le gouvernement dans le cadre de la campagne nationale de vaccination lancée en janvier 2020.

On est encore loin des recommandations, notamment avec l’apparition de la variante Delta pour laquelle il a été recommandé d’augmenter la proportion à 80% de la population afin d’avoir une immunité collective.

Aujourd’hui, le taux de vaccination est très insuffisant. Les pays qui ont mis en place avec succès la vaccination de masse affrontent la cinquième vague sans trop de mal, malgré les dizaines de milliers de cas enregistrés chaque jour, leurs systèmes de santé ne sont pas débordés et il y a moins de décès.

C’est l’objectif principal poursuivi par la vaccination. Par ailleurs, d’autres pays, comme la Russie ou l’Europe de l’Est, qui ont un faible taux de vaccination, connaissent une augmentation des cas de contamination, comme l’Afrique du Sud où la variante Omicron est apparue en l’absence de mesures de barrière et où le taux de vaccination ne dépasse pas 40 %. L’Algérie est dans la même situation.

A bientôt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.