Un vibrant hommage a été rendu, avant-hier, par la direction de la culture de Tizi Ouzou, au célèbre chanteur Nouara, de son vrai nom Hamizi Zahia, considéré comme l’une des plus belles voix de la chanson kabyle.

Ému, Nouara est monté sur scène sous un tonnerre d’applaudissements. « Merci, merci ! », n’a cessé de répéter au public, debout devant la diva, avant de revenir brièvement sur sa carrière, notamment à la radio. « La radio était une école et une deuxième famille pour moi », a-t-il noté avant de s’incliner à la mémoire de l’homme de théâtre et de cinéma, Mohamed Hilmi, décédé la semaine dernière. L’hommage à la diva Nouara s’est ouvert par une chorégraphie sur fond de chanson de Noura, interprétée en compagnie d’un autre maestro, Cherif Kheddam, Athine Yourane, suivie d’un spectacle musical dirigé par un public d’artistes qui ont interprété des pièces de Nouara, comme Brahim Tayeb qui a parlé, à cette occasion, d’un modèle de sœur, de femme, de protectrice et de rebelle. « Nouara est aussi un exemple de révolte contre l’injustice faite aux femmes.

Il chantait à une époque où allumer la radio était un blasphème pour la société », a observé Brahim Tayeb, alors qu’il se félicitait de cet hommage organisé à Nna Nouara de son vivant. « Nous étions habitués aux hommages posthumes », a-t-il regretté. À propos. « Nous sommes ici pour vous témoigner notre gratitude et notre gratitude pour tout ce qu’il nous a donné en tant qu’artiste et en tant que personne, au cours de sa vie », a poursuivi Brahim Tayeb pour qui les artistes sont comme des arbres fruitiers, chaque arbre pour sa saveur. Salem Kerrouche, musicien et chef d’orchestre de Nouara, a salué un artiste qui a beaucoup donné pour l’art en général et la chanson en particulier avant d’annoncer le meilleur de ses chansons et un CD réalisé sur scène qu’il entend offrir à son public. « Nouara a décidé d’impliquer de nombreux jeunes personnes à cet hommage de passer le relais, car il entend organiser un gala d’adieu », a déclaré Salem Kerrouche pour qui la succession existe, mais il y a un manque de soutien de la part des jeunes talents.

L’ancien directeur de la radio, Saïd Zanoun, a souligné, pour sa part, que Nouara était aussi une grande comédienne comique et tragique, qui a joué différents rôles. « Il a une très belle voix qui est presque unique. Il a le don de communiquer les émotions et les sentiments qu’il reçoit », a-t-il témoigné. La directrice de la culture, Nabila Goumeziane, a parlé dans son discours d’une artiste qui représente dignement les femmes algériennes. « Elle chantait à une époque où il était difficile pour une femme d’aller à la radio. Il avait brisé les chaînes.

Il avait eu beaucoup de problèmes, mais pour l’art et pour l’Algérie il a résisté », a-t-il souligné. “Nouara ha portato cultura e canto in modo eccezionale, con molta modestia e umiltà esemplare”, ha proseguito, mentre il wali, Djilali Doumi, ha parlato di un artista che ha cantato con tutto il cuore per l’Algeria e per un’identità complète.

K.Tighilt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.