Zoubida Assoul. juriste et président de l’UCP

– Au cours des deux dernières années, des centaines de personnes ont été arrêtées et croupies en prison pour leurs opinions. Il y a beaucoup d’avocats qui parlent d’une férocité légale et demandent leur libération. Que pensez-vous ?

Depuis plus de deux ans, nous assistons à une escalade de la répression, caractérisée par une série de lois tueuses de libéraux qui criminalisent toutes les formes de liberté pourtant inscrites dans la Constitution, telles que la liberté d’expression, d’opinion, de presse et de pluralité politique. .

Cette escalade porte gravement atteinte aux libertés fondamentales. Cette situation a également terni l’image du pays au niveau international, d’autant plus que l’Algérie a ratifié toutes les conventions internationales relatives aux droits humains, politiques et socio-économiques.

Le dernier classement des autorités onusiennes de notre pays dans ce secteur en est un exemple. C’est en effet un acharnement sécuritaire et judiciaire contre toutes les voix discordantes des politiques, des médias ou des militants de la révolution pacifique de février 2019. C’est la contre-révolution mise en œuvre par le système pour ralentir le processus de changement revendiqué par le peuple.

Retrouvez tous nos articles en version papier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *