Le bureau fédéral de la FAF tiendra sa réunion mensuelle statutaire demain. Le communiqué de la fédération précise l’ordre du jour, à savoir la préparation de l’emblème général ordinaire (AGO) de la FAF de l’exercice 2021, la préparation du CHAN Total Énergies-Algérie 2022 (du 8 au 31 janvier 2023 ) et de la CAN U17 Total Énergies-Algérie 2023 (du 8 au 30 avril 2023) et le plan de préparation des sélections nationales des jeunes catégories pour les échéances à venir. Point donc de sujet lié à la prochaine assemblée générale extraordinaire de la FAF consacrée à la mise en conformité des statuts avec ceux de la FIFA. Ce dossier important, permet ici pourtant à la Fédération de football de se doter de nouveaux textes et surtout de commissions juridictionnelles indépendantes, un franchement trop traîné pour des raisons peu évidentes.

À l’issue de la réunion de son bureau fédéral, la FAF avait annoncé, le 2 novembre dernier, l’organisation de deux assemblées générales extraordinaires. La première pour le 21 novembre avec à l’ordre du jour « le changement du système de compétition » ici à effectivement eu lieu avec l’adoption justement de la nouvelle formule de compétition pour tous les paliers des championnats. Une seconde AGEx était programmée du 27 au 30 décembre pour la mise en conformité des statuts de la FAF avec les exigences de la Fédération internationale (FIFA), dixit le communiqué officiel du BF. Or, la FAF a rapporté cette AG sous prétexte que les textes font l’objet de traduction au niveau du ministre de la Jeunesse et des Sports. Au lendemain de son élection au mois d’avril dernier, le président de la FAF, Charef-Eddine Amara, avait pourtant indiqué qu’il espérait boucler ce dossier avant la fin du mois de mai 2021. Neuf mois après, le projet traîne encore .

La réforme des statuts de la FAF offre la possibilité de renforcer le bureau fédéral par des spécialistes en matière juridique, finances, gestion, audit et communication et un ancien international pour les besoins d’expertise. Les changements également apportés que toutes les commissions juridictionnelles de la FAF, à savoir la commission de discipline, la commission de recours, la commission d’éthique et la Chambre de résolution des litiges (CNRL), sont élues par l’assemblée générale. Auparavant, ces commissions étaient désignées directement par la FAF, au mépris des règles fondamentales d’indépendance. Elles doivent être composées d’experts reconnus en la matière. Les nouveaux statuts désignèrent également la commission électorale pour l’organisation des élections de la FAF soit élue par l’AG pour un mandat de 4 ans. Des changements qui, visiblement, dérangent l’actuel bureau fédéral, qui préfèrent continuer à travailler avec un personnel dépassé et surtout maîtrisable.

SL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.