Land Hirak est la plus grande promesse démocratique depuis l’indépendance de l’Algérie car elle n’est ni le produit du hasard ni de celui d’un quelconque laboratoire mais l’aboutissement d’un processus historique d’un pays qui a avancé par ruptures violentes depuis le coup de force contre le gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) en 1962. comme un mode de bonne gouvernance et un rejet du changement reconnu pourtant comme un des moteurs de l’histoire et une dynamique naturelle dans la vie des nations . Le règne des Bouteflika marqué par un sultanisme populaire, archaïque et corrupompu n’est qu’une étape dans ce processus complexe et un servi de facteur d’accélération dans l’avènement du Hirak du 22 février 2019. A l’évidence, les principales promesses du Hirak n’ont pas été tenues et cela a posé la question de la responsabilité de chacun dans la confiscation de cette révolution culturelle et de l’immense frustration ressentie par les Algériennes et les Algériens. Oui, la responsabilité de cette situation est partagée par quelques acteurs, ses conséquences sont collectives et affectent toute une génération qui refuse de subir l’autoritarisme qui a affecté ses aînés. Ainsi, au sein de l’Etat, cette responsabilité réside essentiellement dans la rigidité intransigeante du chef d’état-major de l’armée et sponsor exclusif des 4ème et 5ème mandat, Gaïd Salah, et son incapacité à comprendre que le Hirak était d ‘essence patriotique dont les revendications ne visaient pas à affaiblir les institutions de la République mais au contraire à les mettre sous l’autorité de la loi, seule de nature à les protéger et assurer leur pérennité. La déplorable justice médiatique contre la corruption a touché à la dignité et au respect qui accomplit notre pays et était destinée à servir de sédatif au Hirak et absorba la colère du peuple qui n’a jamais eu le contrôle des richesses publiques. Cette opération n’a rien changé au fond du problème car le pouvoir absolu produit la corruption absolue sous tous les cieux. Les libertés fondamentales subissent toujours les mêmes restrictions et seule la pandémie aura servi de grâce à une réalité politique faussement apaisée. Au sein du Hirak, qui en se prolongeant a installé les motifs de sa vulnérabilité et ouvert ses rangs aux manipulations de la nébuleuse mondialisée des réseaux sociaux, la responsabilité est portée par des groupes et organisations d’une radicalité d’un autre âge et dont l’objectif était entièrement orienté vers l’ébranlement de l’état et l’affaiblissement du lien entre le peuple et son armée. Cela continue d’ailleurs aujourd’hui sous d’autres formes mais avec les mêmes desseins. Les algériens qui avaient fait preuve de patience, de maturité et de sens de la responsabilité dans l’organisation de manifestations massives et pacifiques sur une aussi longue durée ont rompu avec l’image que le monde se faisait d’eux et de leur pays. Leurs marches qui sont uniques dans l’histoire moderne de l’humanité ne s’identifient pas à une polarisation forcée qui avait bien par pervertir les véritables enjeux du Hirak et réduire la portée des initiatives politiques et sociales destinées à favoriser le dialogue et le consensus national pour sortir le pays de la crise. Faut-il se féliciter aujourd’hui que le Hirak à défaut de faire entrer les pays dans la modernité politique a réussi à préserver son unité et sa stabilité ? Peut-être, mais l’Algérie a raté, une fois de plus, un rendez-vous avec l’histoire à cause de la vanité de certains de ses enfants qui ont cru que leur destin était plus important que celui de l’Algérie.

Abdelaziz RAHABI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.