Après trois jours d’entraînement et surtout d’acclimatation à Manzini, la deuxième ville d’Eswatini après la capitale Mbabane, la JSK montera sur scène cet après-midi au stade « Mavuso Sports » et aura certainement la lourde tâche de rivaliser avec les locaux liste des « Royal Leopards. Qui sont une équipe à domicile captivante et généralement infaillible.

Et pour preuve, l’adversaire du jour est un habitué de la compétition africaine qui, le mois dernier, a raté une qualification historique pour les groupes de la Ligue des champions africaine où il s’est légèrement incliné devant les Angolais de la « Sagrada Esperança ». avec une défaite aller à Luanda (3-1) et une victoire retour à Manzini (1-0). C’est dire que la JSK est appelée à puiser dans sa légendaire fierté pour tenter de brouiller les pistes des « Swazis » qui tenteront d’imposer le jeu habituel des peuples d’Afrique australe bien plus basé sur l’engagement physique et l’attaque à outrance. . L’autre handicap pour la JSK réside également dans l’arrivée saisonnière des pluies tropicales abondantes qui s’abattent déjà sur la région depuis quelques jours. Et pour preuve, les canaris ont rencontré d’énormes difficultés à s’entraîner, jeudi et vendredi, sur des terrains de fortune particulièrement saturés d’eau et qui n’avaient en tout cas aucune ressemblance avec la belle pelouse du stade « Mavuso Sport », qui accueillera le match cet après-midi. à 15h heure locale, soit 14h heure algérienne, et que les coéquipiers de Rida Bensayah ont dû tenter, hier à l’heure du match, de s’orienter et d’entrer dans le vif du sujet. « Par expérience je sais avec certitude que c’est embêtant de rencontrer un illustre inconnu qui, curieusement, a fait un bon voyage cette année, en huitièmes de finale de la Ligue des champions, mais disons que les équipes maghrébines sont habituées à ce genre de situations. et qu’il en soit ainsi c’est à nous de gérer intelligemment ce premier tour hors de nos bases, d’autant que la JSK doit affirmer sa notoriété continentale et surtout représenter dignement son pays, l’Algérie, qui n’est autre que l’actuel champion d’Afrique », a déclaré le nouveau sélectionneur de la JSK tunisienne, Ammar Souayah, qui estime cependant que « la JSK a une équipe jeune mais très entreprenante, donc capable de relever de grands défis comme ce fut le cas la saison dernière lorsqu’elle avait atteint la finale de la Coupe. CAF, d’où la nécessité d’étudier la bien le jeu de l’adversaire pour bien le contrer, d’abord, et ensuite profiter de toutes les bonnes opportunités qui pourraient échouer. aidez-nous à annoncer un résultat prometteur avant le retour de la semaine prochaine à Tizi Ouzou, même si je suis un peu inquiet des conditions lourdes sur le terrain qui pourraient perturber notre jeu technique habituel. »

Autour du match

Sauf changement de dernière minute, la JSK alignera Sidi-Salah dans les buts, le quatuor Kerroum-Benzaïd-Doumbia-Bouhakak en défense, puis Benabdi, El-Orfi, Medane et Khelfaoui pour aligner Haroun et le capitaine Bensayah devant l’attaque. Cette première étape qui oppose les « Royal Leopards » à la JS Kabylie cet après-midi sera arbitrée par un trio seychellois et le commissaire du match et superviseur des arbitres sont sud-africains. Le coup d’envoi sera donné à 15h00 heure locale ou 14h00 heure algérienne et le match se déroulera à huis clos, tant les autorités locales craignent fortement l’émergence d’une nouvelle variante sud-africaine qui menace plusieurs pays du monde. . Des joueurs, managers et journalistes algériens ont effectué vendredi les tests PCR pour les présenter aujourd’hui avant d’entrer dans le stade Manzini comme l’exige le règlement de la CAF en cette période de pandémie.

Le jeune milieu de terrain de la JSK Nechat Fares a eu la malchance d’apprendre le décès de son père en Algérie vendredi soir. Le sympathique joueur kabyle, 20 ans et de Bouira, s’est montré inconsolable à l’hôtel « Esibayeni-Lodge » où ses coéquipiers et managers n’ont ménagé aucun effort pour le réconforter et l’assister chaleureusement dans cette douloureuse circonstance. Toute la délégation de la JSK qui a fait le déplacement à Eswatini a appris avec tristesse et consternation la disparition de l’ancien avant-centre international, Rezki Kouffi, décédé vendredi à l’âge de 72 ans et a profité de la présence de notre journal Liberty. présenter les condoléances à la famille du défunt.

Initialement, la JSK devait quitter Eswatini ce soir après le match, mais l’effort a été perdu car on a appris que l’aéroport international « King Mswasi III » était fermé dans la soirée et que l’avion de retour était finalement programmé pour demain à 9 heures et J’arriverai à Alger vers 18h

De notre correspondant à Manzini : Mohamed Haouchine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *