Le phénomène de l’immigration illégale est en hausse

Réunis hier à Alger, lors des travaux de la journée d’étude sur l’immigration clandestine en Algérie, organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (Inesg), les experts ont été unanimes pour exprimer leurs inquiétudes sur l’évolution du phénomène migratoire clandestin en L’Algérie de façon exponentielle.

« Des quotas subsahariens en situation illégale, de nationalités diverses, de plus en plus nombreux, se retrouvent dans les rues des villes algériennes. Les facteurs socio-économiques, démographiques, climatiques et sécuritaires sont et seront déterminants pour ces mouvements vers l’Algérie ».

Ainsi le représentant de l’INESG, Abdeldjalil Belala, a décrit la situation migratoire dans laquelle se trouve le pays, évoquant les « mesures urgentes » adoptées par le gouvernement pour faire face aux « flux massifs de migrants en situation d’illégalité ». « Les services de sécurité », a-t-il déclaré, « ont traité de nombreuses affaires liées à la drogue, à la fausse monnaie, à la prostitution et même à des crimes impliquant des migrants.

Des bidonvilles ont été érigés, ce qui à terme pourrait représenter un grave problème de sécurité nationale ». Consultant et ancien directeur du ministère de l’Intérieur, chargé du dossier des migrants, Hacène Kacimi a qualifié le phénomène migratoire de « tragédie humaine ».

Il a noté une moyenne de 60 000 à 100 000 migrants arrivant en Tunisie, au Maroc et en Algérie, qui « reçoit plus de 80% du flux ».

A bientôt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *