Outre la célébration du nouvel an amazigh, Yennayer 2792, l’accord-cadre de coopération conclu en 2016 entre le ministère de la Culture et le HCA a été mis à jour.

Le coup d’envoi de la 12e édition du Festival national de musique et de chant amazighs a été donné hier mercredi en fin d’après-midi à Tamanrasset par la ministre de la Culture et des Arts, Wafa Chaâlal. En présence des autorités locales et du Secrétaire Général du Haut-Commissariat aux Amazighs, Si El-Hachemi Assad, l’ouverture de cet événement culturel, qui s’est déroulé à la Maison de la Culture de la ville de Tamanrasset, s’est déroulée dans un climat mouvementé rarement égalé. La cérémonie d’inauguration a donné lieu à l’interprétation de pièces musicales issues du patrimoine ancestral de cette région millénaire.

Dans son discours d’ouverture, le Ministre a souligné l’importance de cet événement, invitant tous les artistes participants à donner libre cours à leur génie pour raviver le public Ahaggar, mais surtout à se démarquer des éditions précédentes. Le représentant du gouvernement a donc chargé le commissaire de ce festival de ne pas lésiner sur les moyens pour réussir cette édition visant à ancrer davantage l’identité amazighe. A cet égard, il a rappelé que « le caractère officiel de la langue amazighe et son insertion dans les systèmes éducatifs et médiatiques sont la meilleure preuve que cette langue n’est l’apanage de personne ni l’objet de surenchère, mais un dénominateur commun à tous les Algériens. « .

De son côté, le conseiller du festival, Mouloud Fertouni, a indiqué que cette édition a été organisée en un temps record compte tenu de la situation sanitaire et des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. La nouveauté de cet événement culturel, a-t-il indiqué, consiste en la participation d’autres variations musicales habituellement limitées aux styles chaoui, kabyle, m’zab et targui, afin de montrer la richesse et la diversité culturelle de l’Algérie. Les styles Zenati, Chenoui et Chelhi seront donc présents à ce festival qui durera jusqu’au 15 du mois en cours.

Au total, 24 groupes artistiques et six compagnies folkloriques, dont celles des wilayas de Béjaïa, Batna, Ghardaïa et Ouargla, accueilleront la 12e édition de ce festival qui a mis à l’honneur plusieurs artistes de l’expression amazighe. . Revenant sur le programme de festivités lancé en parallèle de la célébration du nouvel an amazigh, Yennayer 2792, l’accord-cadre de coopération conclu en 2016 entre le ministère de la Culture et le HCA a été mis à jour. En marge de la cérémonie de signature au Camp des Jeunes d’Adriane City, le ministre de la Culture et des Arts a déclaré que cette mise à jour s’inscrit dans le cadre de la promotion du patrimoine culturel et de la valeur de la culture amazighe.

Il a souligné que les axes principaux de cet accord consistent à renforcer le partenariat avec le HCA et son soutien à la diffusion et à la promotion de l’innovation artistique et de la littérature amazighe, à travers la valorisation de la culture amazighe au cinéma et au théâtre. Pour sa part, le secrétaire général du HCA, Si El-Hachemi Assad, a souligné l’importance d’actualiser ledit accord afin d’être en phase avec les exigences de renforcement de la culture amazighe dans le cadre institutionnel, conformément à l’art. la Constitution.

RABAH KARECHE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.