La création de marchés quotidiens fait partie de ce projet ambitieux, qui comprend également un volet étiquetage pour certains produits de la région, dont les oignons blancs, dont Oulhaça est l’un des producteurs de cette variété.

Le directeur des services agricoles de la wilaya d’Aïn Témouchent a lancé une vaste opération sur l’inventaire des produits locaux, jusqu’ici limités aux carottes, oignons blancs, pois chiches et figues.

Cette opération vise notamment la valorisation de ces produits agricoles qui caractérisent Aïn Témouchent et aussi afin de leur conférer un prestige national. C’est ce qu’a déclaré à la presse messar Mohamed Faouzi, directeur de la direction des services agricoles de la wilaya.

Aïn Témouchent, rappelons-le, qui fut l’une des wilayas pilotes impliquées dans le Programme PAP Enpard des Pays du Bassin Méditerranéen (Programme d’actions pilotes pour le développement agricole et rural en Algérie), fait partie de l’initiative européenne visant à soutenir les voisins pays en termes de politiques agricoles et rurales.

« Plus concrètement, l’initiative Enpard vise à soutenir la formulation et l’application de politiques publiques renouvelées pour relever les défis de la sécurité alimentaire, de la divergence des économies rurales et de l’amélioration de la gouvernance locale en milieu rural », a ajouté Messar Faouzi.

La direction a donc réussi à monter un dossier de labellisation de l’oignon blanc d’Oulhaça, qui est à l’étude au niveau de la direction générale de l’agriculture du ministère de l’agriculture et du développement rural.

Il est intéressant de rappeler qu’à l’instar du produit de la vigne, la région d’Oulhaça, l’une des importantes communes de production horticole, se distingue par la production d’oignon blanc de qualité, qui attend sa labellisation.

L’oignon blanc d’Oulhaça est disponible, car en plus de garantir l’autosuffisance alimentaire au niveau de la wilaya, il est également vendu dans d’autres wilayas voisines, comme Tlemcen, Oran et Sidi Bel-Abbès, et bien au-delà, comme ceux de l’est du pays. .

Parallèlement, la création de marchés quotidiens s’inscrit dans ce projet ambitieux, puisque le ministère de l’Agriculture a donné son feu vert à la création d’un marché de fruits et légumes au niveau de la commune d’Oulhaça, qui sera situé juste à près des régions montagneuses.

Toujours dans le secteur agricole, le nombre de dossiers ayant bénéficié du crédit RFIG au titre du guichet unique, dont la date d’ouverture remonte au 2 août, a atteint 427, soit le même nombre de dossiers reçus au niveau de la banque qui a financé l’opération pour un montant total estimé à 12,2 milliards de centimes et ce, sur un nombre de 561 dossiers.

Le processus de soumission des dossiers se poursuivra jusqu’en mars de l’année prochaine. Cela a permis d’assurer le bon déroulement de la campagne labour-semis de la campagne agricole en cours, comme l’a révélé Omar Boukraa, secrétaire général de la Chambre d’agriculture de la wilaya d’Aïn Témouchent.

Ce dernier a indiqué que le secteur agricole d’Aïn Témouchent a pris l’initiative d’établir des rapports pour identifier les fellahs qui rencontrent des problèmes qui entravent la régularisation de leur situation vis-à-vis de leurs terres, notamment ceux concernant les actes de concession, les papiers de fellah et autres liés à retraits au profit de leurs descendants par exemple, en coordination avec la Direction des services agricoles, l’Union des paysans algériens (UNPA), les chefs des subdivisions agricoles des daïras.

Le but de cette opération est de permettre la récolte d’une plus grande récolte et l’ensemencement d’une plus grande superficie, sachant que les semences et les engrais sont disponibles, à l’exception de l’orge, car les fellahs utilisent la terre. ils ont mémorisé.

A titre indicatif, la superficie totale dédiée à la production céréalière pour cette campagne agricole est estimée à 116 000 ha. Selon les objectifs du programme céréales, il est prévu d’ensemencer 62 000 ha de blé dur, 10 000 ha de blé tendre, 42 000 ha d’orge et 2 000 ha d’avoine, dont 4 100 ha de programme de multiplication.

M. Boukraa nous dira que, selon la situation décidée le 11 novembre, 4 400 ha d’orge et 3 000 ha d’avoine ont été semés, en attendant la fin de la campagne labour-semis qui se poursuit et est sur le point de se terminer.

M. LARADJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *