■ Une saisie de près de 60 pièces « rares », qui étaient destinées à la vente au marché noir, a été effectuée par la gendarmerie de la wilaya de Tipasa, selon un communiqué rendu public dimanche soir par cette instance.

Selon le document de la Cellule de communication de sécurité de la Wilaya, cela s’est traduit par la saisie de 60 pièces, représentées par des pièces archéologiques rares classées comme biens culturels protégés, datant de différentes périodes historiques, dont 54 remontent à la période de la dynastie almohade. , tandis que certains datent de la période de la présence romaine en Algérie (six monnaies).

Cette affaire a été mise au jour à la suite d’informations reçues par la cellule de protection du patrimoine culturel de Tipasa, relatives à une activité visant à la vente d’antiquités au marché noir, sont ajoutées dans le même communiqué.

Le plan mis en œuvre à la suite de cette information a conduit à l’arrestation de deux personnes, âgées de 25 à 35 ans, l’une de Tipasa et l’autre d’Aïn Defla, avec la saisie des découvertes archéologiques précitées. .

Les prévenus ont été déférés devant le procureur territorialement compétent, avec l’accusation de « détention et recel dans l’intention de troquer des biens archéologiques classés au patrimoine national protégé ».

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *