La Turquie est un client important pour l’Algérie, principalement dans le domaine des hydrocarbures et l’Algérie représente un marché
fort potentiel pour les entreprises turques. Des entreprises turques, liées au secteur du BTP, ont remporté des contrats d’une valeur de 20 milliards de dollars en Algérie.

L’Algérie a participé hier au 3e Sommet Turquie-Afrique qui s’est tenu à Istanbul (Turquie). C’est le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, qui a pris part à la rencontre en tant que représentant du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Avec le thème : « Partenariat renforcé pour le développement et la prospérité » et tenue en présence d’une quarantaine de pays africains, dont une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement, la Turquie entend renforcer sa présence sur le continent africain, notamment sur le plan économique.

Les autorités turques visent à doubler les échanges entre leur pays et le continent africain pour atteindre, dans les cinq prochaines années, le chiffre de 50 milliards de dollars, alors que l’an dernier il était de l’ordre de 25 milliards de dollars (seulement 5,4 milliards de dollars en 2003).

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a même déclaré dans son discours d’ouverture que l’objectif est d’atteindre à terme 75 milliards de dollars d’échanges avec l’Afrique.

A ce titre, l’Algérie est a priori un partenaire important de la Turquie sur le continent, étant deuxième en commerce et septième en investissement direct. En termes d’échanges, la Turquie était, en 2020, le sixième fournisseur de l’Algérie, selon les statistiques des douanes algériennes, avec 1,4 milliard de dollars.

Retrouvez tous nos articles en version papier


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *