Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

Les sixièmes rencontres Afrique-Europe des huissiers de justice se tiennent, depuis hier jeudi 23 juin au Palais des Congrès de Cotonou. Ouvertes par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation, ces assises sont réunies des participants venus d’une vingtaine de pays autour du thème : « L’huissier de justice à l’ère de la digitalisation ».

Réfléchir sur le rôle et la place de l’huissier de justice dans un monde du plus en plus digitalisé. C’est à cela que sont invités les participants aux sixièmes rencontres Afrique-Europe des huissiers de justice qui se tiennent à Cotonou sur le thème « L’huissier de justice à l’ère de la digitalisation ».
«Ce thème, plus que jamais d’actualité, nous plongeons dans les univers de l’internet qui constituent la plus grande découverte de ces dernières décennies. C’est une réalité qui s’impose à nous… Qu’impacte cette évolution numérique sur les procédures ? Comment allons-nous exercer notre métier pour ne pas être dévancés par les nouvelles technologies ? « ,
à interrogé Me Charles Coovi, président de la Chambre nationale des huissiers de justice du Bénin, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux. L’a évoqué tous les participants venus de divers pays pour contribuer à la réussite de ces assises dont l’enjeu est de taille.
Un enjeu mesuré à juste titre par Me Alain Ngongang, président de l’Union africaine des huissiers de justice. « Ce thème n’est pas choisi par hasard. Tant il est corrélé à nos défis contemporains qu’il s’impose à nous, à une des réformes de l’Ohada. L’ancrage de notre métier dans le numérique est indispensable. Mais elle requiert une volonté politique et l’existence d’un cadre juridique adéquat qui doit être réalisé », de déclarer Me Alain Ngongang. Pour réussir cette mutation, la suggestion d’une approche progressive basée sur la coexistence avec les procédures et méthodes classiques pour une transition aisée vers la pleine numérisation. « En s’invitant dans votre métier, la digitalisation soulève la problématique de la rédaction des actes, de leur signification et de leur conservation… L’huissier de justice se doit de s’adapter aux réalités du temps »,
va renchérir Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Digitalisation. « Se porter mieux, en travaillant plus vite et plus efficacement de façon à satisfaire les usagers »,
tel est cet impératif qui, à en croire Aurélie Adam Soulé Zoumarou, a remis aux différentes réformes entreprises au Bénin depuis 2016 dans le secteur du numérique. Au regard des grandes avancées technologiques, elle fait observer que l’huissier professionnel de 2022 ne peut plus exercer comme son confrère de 1970. D’où la nécessité de s’adapter.

Assurer l’avenir de la profession

Le président de l’Union africaine des huissiers de justice a félicité le Bénin pour l’organisation réussie de cet événement. A l’en croire, l’édition de cette année au Bénin bat le record de participation pour ce qui est du nombre de pays invités. Le relais ensuite que l’un des rêves les plus chers des fondateurs de l’Union africaine est que l’Union continentale est restée soudée à l’Union internationale qui demeure la racine à laquelle se greffent les acteurs du secteur. C’est pourquoi, Me Alain Ngongang a soutenu la nécessité de renforcer la coopération entre les deux instances.
Me Marc Schmitz, président de l’Union internationale des huissiers de justice et officiers judiciaires, est tout aussi convaincu du lien indispensable entre toutes les chambres et unions d’huissiers. « Nous travaillons tous pour la même cause : cellules d’assurer l’avenir de notre profession », at-il soutenu. Le rappel que les sixièmes rencontres Afrique-Europe des huissiers de justice est inscrit dans le prolongement des précédentes et donne l’occasion de partager les expériences et les meilleures pratiques. Après avoir fait l’historique de l’Union internationale et présenté ses différents champs d’action, Me Marc Schmitz a rappelé toutes les chambres nationales qui fédèrent leurs énergies et leur professionnalisme au service de l’Union internationale. Il a reconnu, en particulier, le dynamisme de la Chambre nationale des huissiers de justice du Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.