(L’expert Xavier Zola explique les exigences de la loi)

Depuis le 15 août 2023, les transactions en République du Bénin ont changé de visage. Aucune transaction foncière dont la vente, la donation et autre ne peut avoir lieu sur la base d’un contrat de vente. Un titre foncier est indispensable à la réalisation du contrat. Au détour d’un entretien, Xavier Zola, agronome diplômé, explique le contenu de la réforme.

Le Matinal : Que se passera-t-il concrètement dans le secteur foncier en 2023 au Bénin ?

Xavier Zola : En l’état actuel de la législation en vigueur dans notre pays, le 14 août 2023 marquera la fin de la période transitoire prévue par le Code foncier et de l’Etat. En effet, le Code précité prévoit en son article 17 que tout terrain ou bâtiment devant faire l’objet d’une transaction doit être muni d’un titre foncier, qui est aussi le seul titre foncier établi par la même loi. Conscient qu’au 14 août 2013, date d’entrée en vigueur du Code, peu de terrains et constructions possédaient des titres fonciers, le législateur avait accordé un délai de 5 ans pour qu’en l’absence de titre foncier, les actes de présomption de propriété , c’est-à-dire l’Attestation d’établissement pour les terres divisées et relogées, l’Attestation de coutume de propriété (Adc) pour les terres non parcellaires, rurales et agricoles, les avis d’imposition des 3 dernières années, le titre de séjour, l’attestation administrative, le foncier certificat précisant que ces 3 derniers actes ne sont plus délivrés. C’est pourquoi on parle d’une période transitoire pendant laquelle le titre foncier n’est pas obligatoire pour les ventes foncières. Ce délai de 5 ans a expiré le 14 août 2018. Avec la modification du Code foncier et de l’État en août 2017, il a été prolongé de 5 ans à compter du 14 août 2018. Si la loi n’est pas modifiée entre-temps, le délai La transition prendra fin le 14 août 2023 et à partir du 15 août 2023, il sera nécessaire d’effectuer des transactions foncières comprenant la vente, la donation et plus encore. Une des conséquences est que le maire ne pourra plus formaliser les opérations. En présence d’un titre foncier il faut recourir à un notaire.

Quelles sont les pièces dont vous avez besoin pour être dans la modernisation annoncée ?

Le seul acte valable est le titre foncier, qui est le seul titre de propriété. C’est ce qu’il faut pour certifier et jouir de votre droit à la propriété foncière. Déjà, à défaut du titre foncier, il faut posséder ou être dressé l’un des actes de présomption de propriété mentionnés ci-dessus. Il est nécessaire de l’avoir, car c’est aussi l’un des principaux documents dont vous avez besoin pour constituer le dossier de demande de titre foncier pour la confirmation des droits fonciers. Le simple fait d’avoir un contrat de vente, même enregistré et confirmé par le maire ou stipulé devant notaire seul ne suffit pas aujourd’hui, encore à quelques mois du 15 août 2023.

Y a-t-il une pénalité pour ceux qui ne mettent pas à jour ?

Je ne sais pas s’il faut parler de sanction, cependant il faut savoir qu’à partir du 15 août 2023 et si la législation reste en l’état, ceux qui n’ont pas de titre foncier pour leur terrain ou leur bâtiment le font ne peuvent effectuer toutes opérations connexes que ce soit pour la vente, la donation, l’échange, l’héritage, l’hypothèque ou toute autre inscription. Or ceux qui donnent de l’argent, par exemple pour acheter un terrain ou un immeuble qui n’a pas de titre foncier, ne pourront pas formaliser leur achat. Lorsque la vente n’est pas formalisée, on suppose que la transaction n’a jamais eu lieu.

Que recommandez-vous à la population ?

Quand tu as un enfant on te délivre un acte de naissance, quand tu as une moto tu dois faire libérer la plaque d’immatriculation, quand tu as un véhicule cela te fait délivrer le certificat d’immatriculation, etc. C’est exactement le cas de la terre. Quiconque possède un terrain doit posséder ou faire établir lui-même l’acte de propriété prescrit. Ainsi, en l’absence de titre foncier, il est nécessaire qu’au moins un des actes de présomption de propriété soit constitué en vue du passage au titre foncier.

Propos recueillis par Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *