(Mama Bio Tidjani sorti au bénéfice du doute)

Le verdict est rendu dans la matinée du samedi 11 décembre 2021 à 6 heures du matin. Le candidat raté du parti « Démocrates » à l’élection présidentielle d’avril 2021 au Bénin, Reckya Madougou, a été condamné à 20 ans de prison et 50 millions d’amende par le tribunal pour la répression des crimes économiques et du terrorisme (Criet).

L’ancien gardien des phoques, Reckya Madougou, 47 ans, est obsédé par son sort. La Cour pour la répression des crimes économiques et du terrorisme (Criet), présidée par le magistrat Guillaume Lally, l’a reconnu coupable d' »actes de terrorisme et de financement du terrorisme ». Pour ce faire, elle a été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle et à une amende de 50 millions de francs CFA. En revanche, ses cinq coaccusés dont son neveu, Mama Bio Amadou, le policier Mohamed Mora Gbessiré, le colonel à la retraite Ibrahim Mama Touré, Bio Dramane Tidjani et Georges Saka Zimé, sont jugés pour « association de malfaiteurs » ou « actes de terrorisme ». « Ou « abus de pouvoir ». Pour justifier l’arrestation de Madame Madougou en mars dernier, le procureur spécial de Criet, Mario Mètonou, a expliqué que le candidat avait échoué à la présidentielle d’avril 2021 en finançant des opérations « pour semer la terreur et saboter la présidentielle ». Elle a ajouté qu’un « colonel (Ibrahim Mama Touré) a accepté la mission » et que ce dernier a révélé que « le financement provenait de Madame Madougou. » Des faits qu’elle a toujours niés devant la Cour. Au vu de ces faits, le procureur, représenté par le procureur spécial, a demandé à la Cour de déclarer Reckya Madougou coupable d’« actes terroristes et de financement du terrorisme » et de jusqu’à 20 ans d’emprisonnement plus 50 millions de FCfa d’amende ; 5 ans d’emprisonnement et 2 millions de FCfa d’amende pour « abus de pouvoir » pour le coaccusé Gbassiré Mora Mohamed. Quant à Bio Dramane Tidjani, Georges Sacca Zimé, Mama Bio Dramane et Ibrahim Mama Touré, ils devraient bénéficier de 20 ans de réclusion. Mama Bio Tidjani, de son côté, devrait être lâchée au bénéfice du doute. Après les réquisitions, la défense, composée d’un collège de six avocats, n’a pas manqué de présenter sa propre requête pour demander l’acquittement de leur client. Mais au final, le tribunal a statué et condamné Reckya Madougou et ses coaccusés à l’exception de Mama Bio Tidjani qui a été libérée au bénéfice du doute. Arrêté le mercredi 3 mars 2021, l’ancien ministre de la Justice du président Yayi Boni a regagné sa cellule d’Akpro-Missérété pour y passer à nouveau 19 ans et 3 mois.

Martial Agoli-Agbo (Fr Ouémé-Plateau)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.