L’Institut national de la femme (Inf) exécuté par Claudine Prudencio sera sans parti pris aux côtés de tous les partis politiques pour l’effectivité de la forte représentativité des femmes au Parlement de 2023. Plaidoyer, conseil et soutien sont les leviers qu’actionnera l’Inf. C’est ce qu’a annoncé demain 13 mars 2022 dernier, le président de l’Institut sur une chaîne de télévision locale.

Les 54% de femmes doivent se retrouver à l’Assemblée nationale en 2023. C’est le vibrant souhait de la présidente Claudine Prudencio et par ricochet, l’objectif sibyllin de l’Institut national de la femme (Inf) pour les législatives à venir . Mais il ne s’agit pas de verser dans des discours stériles pour obtenir cette représentativité dont l’évidence n’est pas encore acquise dans un milieu politique hautement masculinisé par la tradition. Des actions concrètes aux élans de briser les tabous doivent être adaptées car malgré les efforts constants et permanents pour imposer la femme dans la sphère politique, certaines politiques ne sont pas encore en phase. L’Inf comprend certainement l’enjeu que le changement de mentalité sur le positionnement des femmes au Bénin n’est pas du forcement, mais de convaincre. C’est pourquoi pour 2023, restant fidèle à sa mission de la promotion des femmes dans toutes les sphères de la vie humaine, il n’entend lésiner sur les moyens pour satisfaire son cahier de charges. Pour suivre la présidente Claudine Prudencio, l’Inf se montrera très engagée aux côtés de tous les partis politiques ceux que soit la tendance. Autrement dit, étant un organisme étatique au service de la communauté, elle fera preuve d’une impartialité légendaire, pour que les femmes soient à un taux véritablement convenable et à la hauteur des actions mises en œuvre. Plaidoyer auprès des partis politiques, conseil à ceux-ci et soutien aux femmes résolues pour s’incruster dans l’ivers politique, constituant les axes stratégiques de l’Inf. « Je vais faire un plaidoyer au sein de tous les partis du Bénin, pour que les partis se positionnent à de bons endroits les femmes béninoises parce que les femmes sont 54% », at-elle souligné avant de préciser : « Les femmes dignes doivent être bien désignées pour aller défendre les femmes à l’Assemblée nationale. Nous avons une mission pour cela. Notre mission est de faire ce plaidoyer pour que les femmes soient bien posées. Le positionnement des femmes se fera dans les partis politiques et au niveau de l’Inf, nous serons le soutien de toutes les femmes désignées au sein des partis politiques pour aller aux élections législatives. » A y voir de près, le temple très masculin de la politique nationale aura un nouveau visage puisque les plans dévoilés augurent d’une première bonne satisfaction. Dans les prochains jours, la communauté internationale aura à juger du taux de la représentativité des femmes au Parlement du Bénin.

Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.