AAP-Bénin, Apocab et Synacub se sont réunis lundi 6 décembre 2021 autour d’une même table, à travers une conférence de presse tenue à Cadjèhoun, pour faire entendre leur voix et plaider au nom de leurs pairs, artistes, acteurs et promoteurs culturels. Pour eux, ces temps de Covid et les dures mesures restrictives installées autour d’eux représentent plus qu’un enfer.

« Nous n’en pouvons plus ! La faim tue désormais mieux dans nos rangs que le Covid-19 contre lequel nous sommes protégés ! C’est le cri d’alarme lancé par les trois groupes d’artistes et acteurs culturels, à savoir : AAP-Bénin, Aprocab et Synacub, représentés par leurs dirigeants respectifs. Les acteurs culturels veulent trouver leurs espaces d’activité. Pour le Dr Guy Wokou, responsable de l’Association béninoise des promoteurs culturels (Aprocab), car les groupes d’acteurs culturels sensibilisent déjà leur base à la vaccination pandémique en cours et qui, dans sa grande majorité, fait déjà preuve d’une discipline de groupe allant effectuer l’acte utile et bénéfique, il est urgent que les mesures de restriction des activités artistiques et culturelles soient levées avec une grande joie de la famille des artistes du Bénin. Et sur le sujet Carlos Cossi, le vice-président de l’association des animateurs et animateurs du Bénin (AAP-Bénin) n’est pas allé avec le dos d’une cuillère faire savoir que si des acteurs culturels meurent aujourd’hui, ce n’est plus forcément à cause du Covid-19, mais plutôt à cause de la faim et de la misère propagées par les mesures restrictives qui, à leurs yeux, semblent frapper de plein fouet un seul secteur du Bénin, celui du monde culturel. Gildas Lantonkpodé alias «  Gilles Dady  » le secrétaire général de l’Union nationale des acteurs culturels du Bénin (Synacub) argumente à son tour en suggérant à travers son discours que l’actualité dans le monde du sport prend très bien vie avec à la clé c’est un imbécile des regroupements autour des ligues et des matchs de classement pour les différentes grandes compétitions. Et à ce niveau rien ne semble indiquer la présence du Coronavirus. Ensuite, tout se passe comme si ce n’était que dans les rangs des artistes que la pandémie aura plus de facilité à se propager. « Franchement, on n’en peut plus ! Ce n’est plus le Covid qui nous tue, c’est la faim. La plupart d’entre nous ont déjà été vaccinés. On retrouve maintenant la scène et nos espaces d’animation. C’est de cela que nous vivons. Avec difficulté, nos enfants ont pu commencer l’année scolaire. Ça ne va vraiment plus ! », ajoute l’acteur Pierre Zinko alias « Wet Elephant » pour inviter les autorités à différents niveaux dont le chef de l’État, le président Patrice Talon, à enfin entendre leur cri du cœur.

Nounours GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *