Aller au contenu

« Dah Gbèdiga est un os dans la gorge des membres du CCCR », Pasteur Michel Alokpo

Accusé par Dah Gbèdiga d’être à la manette de l’exclusion des dignitaires des religions endogènes de la présidence du cadre de concertation des confessions religieuses (CCCR), Pasteur Alokpo réagit et les femmes sa part de vérité.

L’élection des membres du dernier bureau du cadre de concertation des confessions religieuses s’est soldée par une crise. La contestation provient d’une association de dignitaires des religions endogènes engendrée par Dah Gbèdiga. Selon ce dernier, la présidence du cadre a échappé aux dignitaires des religions endogènes à cause des manœuvres du pasteur Michel Alokpo.
L’accusé ne s’est pas fait prier pour donner sa part de vérité. Selon le pasteur Michel Alokpo, « Dah Gbèdiga, président de l’UAoreb est un os dans la gorge des membres du cadre de concertation des confessions religieuses (CCCR).

Selon l’exposé de l’homme de Dieu, Dah Gbèdiga aspire depuis 2012 à diriger le cadre de concertation des confessions religieuses. Seulement, précise-t-il, il est frappé par un critère. Le pasteur Alokpo indique par ailleurs que les textes du cadre présentaient des insuffisances et pour corriger ces insuffisances, il a été décidé lors de l’assemblée générale du 30 janvier 2021, la mise en place d’un comité Transport.

La veille des élections, avoue l’homme de Dieu, l’a été joint au téléphone par Dah Gbèdiga qui lui a fait savoir que c’est qu’il devait remporter le poste de présidence du cadre. Aux dires de Michel Alokpo, le président de l’UAoreb, entendez l’Union des associations et organisations des religions endogènes du Bénin aurait même pensé de le soudoyer en lui promettant une enveloppe financière.
Dah Gbèdiga selon les confessions de Michel Alokpo in serait pas à sa première tentative. Il aurait posé le même acte en 2021 à la veille d’une assemblée générale du cadre de concertation en se rendant chez l’homme de Dieu avec un gros mouton.

Le président Patrice Talon sollicité pour une médiation
Depuis quelques jours, le cadre de concertation des confessions religieuses est en proie à une crise interne. Ladite crise est née de l’élection du nouveau bureau du cadre de concertation. Le principal contestataire du bureau élu, Dah Gbèdiga estime que la présidence de ce bureau devait revenir de droit aux dignitaires des religions endogènes.

Dans le croire, l’est décidé depuis un moment que la présidence du cadre de concertation des confessions religieuses doit être tournante. Les chrétiens et les musans ayant déjà occupé le fauteuil, la logique veut que cela revienne de droit aux dignitaires des religions endogènes.

Les concours donc l’élection d’un musulman comme président du cadre de concertation et accusent le pasteur Michel Alokpo d’avoir manœuvré pour les écarter. Le contestataire a saisi le chef de l’État, le président Patrice Talon et le ministre de l’intérieur afin qu’ils s’impliquent dans la résolution de cette crise. Pour Dah Gbèdiga, l’erreur doit être corrigée ou le cadre de concertation supprimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *