Le showbiz béninois est en deuil. L’icône de la musique béninoise, « Vive l’internationale » n’est plus. Elle a tiré sa révérence dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 février 2022 en plein sommeil. Vivez l’internationale connue du grand public à travers ses chansons pour la paix et l’amour lors de la transition du Bénin du marxisme-léninisme au Renouveau démocratique.

Les Béninois n’entendront plus sa voix mélodieuse ici à bercé des générations. Elle, c’est Victorine Agbato, alias Vivi l’internationale. L’amazone de la paix a poussé son dernier souffle au petit matin du mercredi 16 février 2022 à Porto-Novo, en plein sommeil. Jointe au téléphone hier soir pour en savoir un peu plus sur les circonstances de son décès, Marlène Zinsou, l’une des progénitures de la diva de la musique béninoise a appelé la voix frissonnante que «Maman n’avait rien. Elle est morte en plein sommeil », at-elle racontée. Pour ce qui est du programme de ses obsèques, la famille devra se remplir d’abord. C’est à l’issue des différentes concertations, que le jour de l’inhumation de la paix sera connu. L’illustre disparue était réputée pour son combat quotidien pour la paix et le bien-être de tout son entourage. Elle a œuvré durant sa manières pour ces foyers de tensions qui sont éternels et quelle est la solution pour les plus rapidement. Ceux qui l’ont côtoyé, l’ont témoigné. Ils la référaient comme une mère-poule qui voulait voir son entourage heureux. A la Conférence nationale des forces vives de février 1990, elle a chanté son hymne pour la paix, «N’dokpolidji». Elle le décrit comme étant sa contribution à la paix au Bénin. Découvrez l’internationale est aussi engagée politiquement. Elle a été active au sein des organisations des femmes révolutionnaires. Dans le cadre de son combat pour la paix au Bénin, elle a chanté en 2018 pour les détenus de la prison civile de Savalou. En 2008, elle a été reçue dans l’Ordre du mérite national. Au début de sa carrière, Victorine Agbato portait comme nom de scène, Vivi la révélation mais comment at-elle transcendé la révélation pour l’international ? Dans un entretien avec une journaliste de la radio nationale, elle a apporté la réponse. « En 1973, on était à Lomé. Avant d’aller sur la scène, je me suis mise en pagne nouée autour de la poitrine pieds nus, la tête avec les « doko ». Ça se chantait lors des funérailles de chez nous «Vitchéhoto». Le deuxième morceau, je l’ai interprété en quatre langues à savoir : le fon, le mina, l’anglais et le français. C’est là que le nom Vivre l’internationale est née. Sur la piste, c’était formidable », a confiée feue Victorine Agbato. C’est ainsi qu’elle est rentrée de Lomé à Cotonou rebaptisée Live the internationale.

Témoignages d’acteurs culturels et personnalités

L’annonce du décès de Vivi l’internationale a plongé ses ex-collègues artistes, acteurs culturels et personnalités dans l’émoi. Pour bon nombre qui ne croit pas encore en sa mort, la disparue était une dame de paix.

Jean-Michel Abimbola, ministre du tourisme, de la culture et des arts : « Une disparition d’un immense talent et aussi d’un repère ! « 

« La mort vient encore de frapper le monde Artistique béninois. En effet, c’est avec beaucoup de peine que nous venons d’apprendre le décès d’une virtuose de la chanson moderne béninoise, Live the internationale qui, il y a encore quelques semaines, était sur scène à notre invitation lors de la Soirée rétro organisé le 25 décembre 2021, dans le cadre des  » Nuits Artistiques et culturelles de Cotonou  » initiées par le gouvernement du Bénin pour célébrer nos icônes de la musique moderne. Quelle perte pour le monde musical en général, et particulièrement pour la jeune génération, cette disparition d’un immense talent et aussi d’un repère ! En cette circonstance douloureuse, je voudrais, au nom de l’administration nationale de la culture et en mon nom propre, présenter mes vives condoléances à la famille de la défunte ainsi qu’à tout le monde culturel. Et comme un artiste ne meurt jamais, plaise au ciel d’accorder un repos éternel à notre Live the internationale. »

Louis Vlavonou, président de l’Assemblée nationale : « Victorine Agbato est une véritable ambassadrice de la paix »

« Ces pertes ! Je viens d’apprendre avec une profonde tristesse le décès de Artisti Live the internationale. En effet, Victorine Agbato est une icône exceptionnelle de la musique béninoise et une véritable ambassadrice de la paix dans notre pays. Ses œuvres ont éminemment contribué à la culture de la paix au Bénin depuis l’historique conférence des forces vives de la Nation. Je présente mes profondes condoléances aux familles biologiques et professionnelles de l’illustre disparue. Puisse le Père Céleste faire une place de choix à la légende béninoise dans sa demeure ».

Claudine Prudencio, présidente de l’Inf : « L’illustre disparue fut une vraie et efficace Amazone de la promotion de la paix »

«J’ai appris avec grande douleur, le décès de cette figure emblématique de la musique béninoise et africaine qu’est notre compatriote Vivi l’internationale.

L’illustre disparue fut non seulement une excellente ambassadrice de la musique béninoise, mais aussi, une vraie et efficace Amazone de la promotion de la paix.

En ce mois de commémoration de l’anniversaire de la Conférence Nationale de Février 1990, nous revivons, avec de grandes émotions, le rôle capital que Live the internationale aura joué pour adoucir les esprits et les cœurs, afin qu' »aucun bain de sang n ‘éclabousse’, notre Nation !

Live the internationale, c’est également le modèle de femme battante, complètement adaptée à la cause de toutes les couches vulnérables.

Au nom de l’Institut national de la femme (Inf) et en mon nom propre, je rends hommage à l’illustre disparue.

Une grosse perte pour notre pays, un grand vide que le Bénin aura du mal à combler.

Vive l’Artiste !! Paix éternelle à ton âme ! « 

Charlemagne Yankoty, maire de Porto-Novo : « Le Bénin vient de perdre un apôtre de la paix, une bonne mère »

«Je viens d’apprendre avec une grande consternation le rappel à Dieu de notre regrettée maman, Victorine Agbato de son nom d’artiste: Live the internationale. Le dernier souvenir que je garde de cette vaillante et intrépide amazone, artisane de la paix, est la visite que j’ai eu le plaisir de lui rendre en mars 2021 à la faveur de la fête des mères. Nos échanges sont encore frais dans ma mémoire et me convainquent que le Bénin vient de perdre un apôtre de la paix, une icône de la musique, une bonne mère. Je salue l’artiste et toutes ses œuvres et je m’incline devant sa mémoire. Sincères condoléances à la famille du showbiz à sa famille biologique et au peuple béninois tout entier. Lumière éternelle à toi, chère regrettée maman ».

Vivez l’internationale inspirée « joie, bonheur et respect », selon Sagbohan Danialou

L’artiste béninois Sagbohan Danialou a rendu hommage à la célèbre artiste béninoise Live the international here is passé de vie à trépas mercredi 16 février 2022. C’est à travers un court message ci-dessous publié. «Très chère Vivi… .Guerrière et camarade de luttes, tu inspirais joie, bonheur et respect. Vas en paix. Mais tu resteras toujours dans nos mémoires. Vive l’artiste »

Chez Oliver, artiste chanteur-compositeur : « Elle a œuvré pour la paix au Bénin »

« Je ne pense pas que ce soit vrai encore. On s’est vu récemment au Palais des congrès lors d’un concert organisé par les Ministères de la culture et des sports. Nous avons beaucoup d’avions échangés et elle à même prix pour moi. Elle a œuvré pour la paix au Bénin à travers ses chansons. C’est quelqu’un d’intégré ».

Ayodélé, artiste chanteuse : « Je suis profondément choquée »

«Je suis profondément choquée puisque, tout d’abord je n’ai pas appris qu’elle était indisposée. Elle était bien carrier, elle n’avait rien du tout et en décembre passé, elle a donné un show dans le cadre de l’évènement qui a été organisé par le gouvernement pour les aînés tels que Sagbohan Danialou, Nel Oliver, Poly Rythmo et autres. Elle était présente et elle a fait bouger tout le monde et nous étions tous contenus. Mais, voilà aujourd’hui, on me réveille et on m’informe que ma Mémé n’est plus, parce que j’appelle Mémé. Je me suis dit que c’est impossible. En fait, c’est cette triste nouvelle qui m’a réveillé de mon sommeil aujourd’hui. J’étais complètement et je suis toujours dépassée et bouleversée. Je n’ai pas les mots et je ne sais pas quoi dire. Franchement, je suis toujours sous le choc. Le gros souvenir que je garde d’elle, est le jour où elle venait à la maison voir papa et elle lui disait, mais ta fille, elle est tellement adorable, j’ai envie de la prendre avec moi et d’adopter. Et papa lui disait, mais non, c’est déjà ta fille donc, tu n’as plus besoin d’adopter, elle est là pour toi et elle sera toujours là pour toi. Je n’arrête pas de me rappeler de ce moment-la, franchement, c’est terrible ».

Irené Agossa, présidente du Rlc : « Toute sa vie, Live l’internationale a utilisé sa voix pour la paix »

« C’est avec beaucoup d’émotions que nous avons appris ce mercredi 16 février 2022 le décès de Vivi l’internationale, de son vrai nom Victorine Agba-to, icône de la chanson béninoise elle fut militante infatigable de la paix, démocratique et souverainiste.

Nous nous souviendrons d’elle pour sa souffrance de paix, ses chansons dédiées à l’unité et à la cohésion nationale surtout en cette période où nous en avons plus que jamais besoin.

Toute sa vie, Live the internationale a utilisé sa voix pour la sauvegarde de la paix et des valeurs démocratiques dans notre pays.

Nos sincères condoléances à sa famille, ses proches et à toute la nation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.