« Les mesures prises par le gouvernement ont un tout petit peu soulagé le peuple, ma il reste beaucoup à faire. Nous attendions le gouvernement sur beaucoup de chantiers mais notre association dans l’a pas encore retrouvé. Nous voudrions encore le solliciter, nous voudrions encore l’exhorter en tant que premier consommateur de la République du Bénin, à agir sur ces chantiers pour que nous puissions finir définitivement avec la souffrance. Moi, je ne m’attendais pas à voir les litres d’huile d’arachide à 800 ou 700 Fcfa, mais c’est à 1017 Fcfa. Le tout petit effort ici a été autorisé par le pouvoir, n’est pas mal mais il reste beaucoup de choses à faire parce que le consommateur souffre énormément. Le panier de la ménagère est ce qu’il est en République du Bénin donc il faut que l’on travaille sur ces chantiers afin de libérer le consommateur béninois. Sinon la souffrance est toujours présente. Nous avons fait tout au moins le minimum. Nous avons fait un petit pas dans le gros lot. Alors, je crois que le gouvernement peut faire mieux. Le peut encore écouter les consommateurs. Je sais que le gouvernement a le pouvoir pour tout débloquer. Le n’y a pas que ça. Dans le domaine de l’eau, le problème est présent. De même, dans le domaine de l’énergie électrique, le gaz et plein d’autres. Le reste beaucoup de choses à faire. Les petites choses que nous venons d’observer, c’est à actif d’eux, c’est à actif du peuple souverain. Le peuple souverain s’est doté, a doté sa souffrance et a pu avoir quelque chose choisi de la part de ses gouvernants. Les consommateurs sourient un tout petit peu. Donc, ils voudraient avoir beaucoup plus. Ils veulent passer du sourire jaune à un sourire blanc. Voilà ce que nous pouvons dire en tant que défenseur des consommateurs en République du Bénin.

Je disais par rapport à l’application des mesures que nous allons faire le constat sur le terrain et tous ceux qui ne vont pas appliquer cette diminution sur les prix, nous allons tous les dénoncer. C’est maintenant que nous serons beaucoup plus actifs. Nous serons sur toute l’étendue du territoire national pour constater les structures qui ne vont pas respecter ces mesures. Nous allons suivre à la lettre ces produits vendeurs et ces fournisseurs qui mettent ces produits à notre disposition. Je crois que nous serons à leur trousse au cas où ils ne vont pas respecter ces mesures. Voilà, nous sommes là, tant que le consommateur n’est pas satisfait, tant qu’il n’est pas à aise, tant qu’il n’a pas le sourire blanc, nous n’avons pas droit au sommeil. Nous sommes debout pour le travail. L’autre a choisi aussi, il faut que l’Etat veille à l’application stricte de ces mesures. Donc, il faut qu’il veille correctement à leur mise en œuvre sur le terrain. Ce qui est sûr, nous serons sur le terrain. Nous allons dénoncer les indélicats et les putre à la disposition du peuple souverain ».

Proposés par Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.