Le président de la Confédération africaine des sports de boules (Casb), le Béninois, Ibrahima Idrissou a procédé à l’installation officielle du nouveau Comité exécutif de la Fédération béninoise de pétanque (Fbp) réalisée par Garba Yaya. C’était le samedi 5 février 2022 au siège de la Confédération à Cotonou.

D’entrée, Ibrahima Idrissou a rendu ses vives félicitations à Garba Yaya et son équipe, qui prennent désormais les rênes de la Fédération béninoise de pétanque à un moment crucial. Un moment où tous les regards du monde sont tournés vers le Bénin qui va abriter en décembre 2022, la 50ème édition du Championnat du Monde de la discipline pour lequel le gouvernement du Bénin pour lancer la construction d’un boulodrome de 2500 places assises. Considérant l’importance du défi qui incombe ici au bureau de l’instance béninoise, Ibrahima Idrissou d’inviter ces derniers à s’appliquer davantage afin de relever le défi. « La composition de votre Comité exécutif, les ya beaucoup d’anciens qui étaient dans les rouages ​​depuis des années. Je ne doute donc pas un seul instant de votre capacité à surmonter les obstacles de tous les genres qui pourraient se présenter à vous dans l’exercice de vos fonctions et surtout de votre mission inédite d’offrir au peuple béninois, un Championnat du monde de pétanque digne et incommensurable à la hauteur de l’attente du chef de l’Etat », de déclarer le président de la Confédération africaine des sports de boule. Par ailleurs, la mis son expertise à la disposition du nouveau bureau, en l’vitant à mettre rapidement en place tous les mécanismes efficaces qui soient en mesure de les aider à atteindre les objectifs. Présent à la cérémonie, Julien Minavoa président du Comité national sports et olympique du Bénin se réjouit aujourd’hui de voir Garba Yaya à la tête de cette Fédération béninoise. Ceci, au regard de tout l’effort permis par ce dernier depuis des années pour la promotion de cette discipline. Entrant dans ses nouvelles fonctions, Garba Yaya prend la ferme résolution de rehausser l’image du sport boule au Bénin tout en restant conscient que la réussite de son mandat passe par une bonne prestation du Bénin lors des prochains mondiaux de pétanque. « Nous avons travaillé à vos côtés et nous avons vu comment vous avez conduit la Fédération avant de venir à la Confédération. Et croyez-moi, c’est une tricherie positive que nous voulons faire pour le travail que vous avez abattu et qui a permis à la pétanque d’atteindre ce niveau. Promettre Garba Yaya au président de la Casb.

Le pire cauchemar d’Oliver Kahn

Emblématique gardien de buts de la Mannschaft, le pire cauchemar dans la carrière de Oliver Kahn n’aura pas été d’encaisser deux buts du Brésilien Ronaldo en finale de Coupe du monde 2002, mais d’avoir croisé sur son chemin un certain Jay Jay Okocha. Nous somme en 1993. L’Eintracht Francfort recevait le Bayern Munich d’Olivier Kahn lors d’un match de Bundesliga. Et c’est ce jour qu’a choisi le Nigérian Okocha pour révéler tout son talent. Dans la surface de réparation des visiteurs, le reçoit un passe décisif, seul face au gardien. Maïs, contre toute attention, le préfère de s’amuser un peu avec le gardien et toute sa défense. Il récupère la balle du pied gauche, brûle la politesse au dernier rempart, reprend la balle du pied droit et arme sa frappe. Le gardien, pensant qu’il allait marquer, surgit de tout son être en faisant un grand écart pour barrer la voie à cette véléité offensive. Okocha, l’enrhume une nouvelle fois. Ses défenseurs viennent à la rescousse. Okocha évite un tacle. Le stade s’enflamme. Pendant ce temps, le gardien se positionne bien dans ses mais justifie ses 4 défenseurs s’occuper de lui. Corn, Okocha qui a passé tout son temps à les bluffer, finit par envoyer la balle au fond des filets d’un croisé et qui n’a laissé aucune chance à Oliver Kahn. Pauvre ! Allongé au sol, il regardait si la balle est vraiment aller au fond de sa cage. Pendant ce temps, le numéro 12 de Eintracht Franckort s’était déjà envolé pour célébrer ce mais que Oliver Kahn n’a jamais oublié. Le porter alemand a mis au moins 2 minutes avant de se relever. Ce n’était pas un rêve. C’était tout simplement un cauchemar. Anecdotique n’est-ce pas ?

Joël Samson Bosso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.