Au lendemain de la fusion du parti Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) au parti Bloc républicain, « Le Matinal », votre journal préféré avait déjà émis des doutes sur la sincérité de ce mariage. On avait démontré et démontré que le processus n’était pas allé jusqu’au bout. Mais, on avait cru que tout serait mis en œuvre pour que la fusion s’opère progressivement. Aujourd’hui, les faits et les actes nous donnent une raison. A l’époque, « Le Matinal » alertait sur le fait que la non dissolution complète du parti Udbn prononcée par un congrès et officialisée au ministère de l’Intérieur pour l’annulation du récépissé d’existence était une menace pour ce mariage. On avait aussi écrit que la collaboration sur le terrain politique pourrait poser des problèmes ; puisque l’Udbn avait déjà ses structures qui devaient se fonder d’office dans celles du Bloc républicain. A ces problèmes, viennent s’ajouter aujourd’hui, les déclarations de Claudine Prudencio, présidente d’honneur de Udbn (fondu). Depuis octobre 2021 que la fusion a été actée, on n’a pas encore vu Claudine Prudencio en activité aux côtés des leaders du parts Br sur le terrain. On ne a non plus vue seule dans son fief politique habituel, vendant le Br. N’y-at-il pas eu d’occasions propices ? Ou bien ce n’était pas nécessaire ? Seuls le président Prudencio et le Br ont la réponse. Pire, on n’a plus vu les lieutenants de l’ex parti sur un terrain politique depuis lors. Que ce soit Valérie Idossou ; Anastasie Oba Chabi; l’ancien bâtonnier Cyrille Djikui ; Jérôme Dandjinou et autres, tous ont disparu alors que le Br est resté actif sur le terrain. Que s’est-il passé ? Qu’y-at-il pour que le mariage tant annoncé ne fasse pas voir sa joie aux yeux de l’opinion publique ? La réponse a été donnée dimanche par la présidente, en ce qu’elle concerne au cours d’une émission télévisée sur Eden Tv. il faut désormais savoir que j’ai un mandat républicain à remplir qu’est l’institut national de la femme. Les ambitions politiques ne priment pas sur les missions républicaines. Pour l’instant, je m’attèle à réussir la mission que le chef de l’État a bien voulu me confier. Pour moi, réussir cette mission est un défi qui passe avant tout ». Ils justifient leur silence et leur absence sur le terrain politique par ses nouvelles fonctions «républicaines». Sa nomination est-elle prioritaire à la fusion de son parti au Br. national de la femme ? Au sein du Bloc républicain, n’y-at-il pas de gens ; sinon des responsables qui cumulent leurs missions républicaines à celles du parti ? Que dire des membres du gouvernement qui militent au sein du Br et qui, malgré la lourdeur de leurs charges, dégagent du temps pour le parti ? 2- « L’Udbn n’a pas disparu dans le Br, parce que les membres de Udbn sont là et le courant Udbn doit toujours exister dans le Br ». Cette réponse de Claudine Prudencio, justifiant son silence et celui de ses éléments parait suspect. A moins que dans les textes du Br, il est prévu l’existence de tels courants. Sinon, c’est à croire que malgré la fusion, il y aura toujours une certaine démarcation des militants venus de Udbn. Un problème si posé. Le président a tenté de se justifier par la suite : « Les membres de l’Udbn sont là. Ils vont travailler et les membres du Br vont également le constater. Ils sont un parti qui s’appelait Udbn. C’est vrai aujourd’hui, nous faisons un. Donc, c’est le Bloc républicain d’abord, ma les membres de l’Udbn qui sont rentrés dans le Br doivent briller pour faire avancer les choses au niveau du Br ». Maïs, le courant Udbn restera malgré tout.
Abdourhamane Touré

Prudencio toujours nostalgique de Udbn

Claudine Prudencio a visiblement du mal à oublier son désormais ex-parti, l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) malgré la mise ensemble avec le Bloc républicain (Br) actée le 16 octobre 2021. Au cours d’une sortie médiatique le demain 13 mars 2022 sur Eden Tv, la présidente de l’Institut national de la femme (Inf) pour déclarer que « L’Udbn n’a pas disparu dans le Bloc républicain » et que « le courant du parti doit toujours exister dans le Bloc républicain ». Une déclaration qui vient semer la confusion dans les esprits s’agissant de la collaboration entre les membres de l’ex-Udbn et ceux fondateurs du Br. « L’Udbn n’a pas disparu dans le Bloc républicain parce que les membres sont là et le courant Udbn doit toujours exister dans le Bloc républicain ». Ainsi s’est manifesté Claudine Prudencio, ex-présidente d’honneur de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau sur l’émission «L’entretien du dimanche» de la chaîne de télévision privée Eden, le 13 mars 2022. Le président de L’Institut national de la femme répondait en ces termes, à une préoccupation du journaliste Donklam Abalo qui voulait faire admettre à son invitée qu’avec la mise ensemble, l’Udbn a disparu dans le Bloc républicain alors que le parti le Mouvement des élites engagées pour l ‘émancipation du Bénin (Moele-Bénin) envers qui des démarches infructueuses ont été anticipées pour une fusion, continuer d’exister sur l’échiquier politique national même si les chances de survie de ce dernier sont très limitées. Ces propos laissent pantois nombre d’observateurs de la vie politique qui s’interrogent sur la vraie nature de la collaboration entre les membres de l’ex-Udbn et ceux du Br. Ils se demandent en effet, si la fusion brandie au Palais des congrès le 16 octobre 2021, n’est pas un scénario monté de toute pièce pour bénéficier d’une part, des grâces du président Patrice Talon, initiateur de la réforme du système partisan, et d’autre part, rester dans les arcanes du pouvoir , le temps de l’installation d’un autre régime politique en 2026 pour dépoussiérer éventuellement l’acte de naissance de Udbn. Un analyseur les propose de la présidente de l’Institut national de la femme, s’il demande la fusion est une «décision librement consentie» comme elle a clamé sur l’émission. Si la mise ensemble était faite de gaieté de cœur comme a tenté de le faire croire l’ancien ministre de Yayi Boni, il ne devrait avoir aucun courant de l’ex-parti dans le Br aujourd’hui. Cette déclaration de Claudine Prudencio mérite des clarifications car il n’y a plus de militants Udbn à part et les membres fondateurs du Bloc républicain à part pour que les voix des premiers soient portées au sein du parti au cheval blanc cabré. Tous les militants de l’ex-Udbn sont avec la fusion, des militants du Br. Aucune faveur ne doit être faite pour les partisans de Claudine Prudencio au détriment d’autres leaders politiques qui, au nom de la réforme du système partisan, ont également rejoint le Bloc républicain peut-être avant Udbn. Procéder de la sorte, c’est fragiliser les parties qui est en bonne posture pour se la place de la première force politique au Bénin.

Le Sgn Abdoulaye Bio Tchané doit prendre ses responsabilités

Au regard de la nature des propos tenus par l’ancienne première secrétaire parlementaire de la sixième Législature, il urge que les responsables du Br, en l’occurrence le secrétaire général national, Abdoulaye Bio Tchané, prenant leurs responsabilités pour mieux comprendre la teneur de la expression « L’Udbn n’a pas disparu dans le Bloc républicain parce que les membres sont là et le courant Udbn doit toujours exister dans le Bloc républicain » employée sur l’émission « L’entretien du dimanche ». Ne pas le faire, c’est dresser le lit à une pagaille et une compromission qui seront préjudiciables au Bloc républicain à avenir.

Serge Adanlao

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.