La participation communautaire aux cantines scolaires, fruit de la politique de gestion du Programme alimentaire mondial (PAM), est bien engagée à l’école primaire publique de Kongou (Epp) de la commune de Kandi, département d’Alibori. Le constat a été fait lors d’une visite de terrain effectuée, mardi 16 février 2021, par une délégation composée de l’ambassadeur des Pays-Bas, du secrétaire général du ministère des Affaires sociales, de la microfinance, des représentants résidents de Pam et de l’Unicef. au Bénin. Comme les autres membres de la délégation, l’ambassadrice To Tjoelker-Kleve s’est dit satisfaite de l’implication de la communauté et de la bonne gestion qui se fait dans cette école à la cantine financée par le Royaume des Pays-Bas.

L’école primaire publique Kongou (Epp) de la municipalité de Kandi, département d’Alibori, est une école modèle en termes d’implication de la base non seulement pour le bon fonctionnement du programme, mais surtout pour l’appropriation communautaire et la durabilité. Grâce au dynamisme du Programme Alimentaire Mondial (PAM) de Kongou, le Programme National d’Alimentation Scolaire Intégrée (Pnasi) est devenu l’activité de la communauté dont l’implication produit des effets concrets. Le niveau de collaboration entre le directeur, l’association des parents et la communauté en général est très fort. Ils le font parce que le programme de cantine scolaire vient les soulager, maintenir leurs enfants à l’école et améliorer les performances scolaires. Au-delà des efforts de l’Etat à travers ce programme, cette communauté a décidé non seulement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que le repas des enfants ne manque jamais à midi, mais aussi et surtout d’assurer le petit-déjeuner des enfants tous les jours de l’école. D’après les explications données par le directeur de l’école, Issifou Oly Sanni, chaque parent apporte du sorgho et du maïs pour faire de la polenta aux enfants pendant la récréation à 10h.En plus de cette action, la direction de l’école et la communauté ont décidé de cultiver un champ de maïs et le sorgho d’avoir une autonomie alimentaire pour ce petit-déjeuner au cours de chaque année scolaire. En plus de cela, ils cultivent aussi du coton. L’économie leur permet de payer les condiments et de supporter les dépenses du moulin pour écraser le grain. Selon les mots du directeur, « les fonds du champ de coton ont également permis de construire une cuisine. Les quatre femmes qui y travaillent en rotation se portent volontaires dans le cadre de la pérennité de ce programme ». Avant la cantine, le taux de réussite au CEP était inférieur à 50 %. Avec la cantine scolaire, le Cep a dépassé les 70 % de réussite, témoigne le directeur.

Une expérience qui devrait enseigner !

Lors de la visite de terrain, la délégation composée de l’ambassadeur des Pays-Bas, du secrétaire général du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, des représentants résidents de Pam et de l’Unicef ​​au Bénin, a évoqué ce qui se fait à Epp Kongou. A cette occasion, il a découvert cette belle expérience de gestion des cantines scolaires fonctionnant dans cette école. Selon ses propos, le représentant résident de Pam au Bénin, Guy Adoua, qui salue le travail qui se passe dans cette école, la population de Kongou est à un niveau d’implication qui rassure Pam. Cette communauté, pour lui, est très occupée. Cet engagement ne se retrouve pas dans toutes les écoles et les rassure sur la pérennité du programme dans la localité. Il l’a également rassuré de revenir avec une équipe pour produire un documentaire sur cette expérience et en faire un support de sensibilisation dans d’autres communautés.

La toujours déterminée Pam

Comme le représentant résident de Pam, également le représentant de l’Unicef ​​Djanabou Mahondé, satisfait de l’implication de la communauté scolaire, a promis d’encourager davantage cette communauté pour qu’elle soit plus active. Mais d’abord, il a appelé les parents d’élèves à tirer les leçons de la cohésion qui existe au sein de la communauté pour s’assurer que les filles et les garçons ont accès à une éducation de qualité. Cette expérience de participation communautaire partagée par le Directeur d’Epp Kongou est le fruit d’une organisation très forte et admirable, conclut l’Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas A Tjoelker-Kleve qui est resté admiratif de la communion créée par la cantine scolaire entre école et communauté. . Cette expérience d’Epp Kongou, selon le secrétaire général du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, sera pérennisée et démultipliée dans plusieurs villages reculés du Bénin. Précise qu’Epp Kongou est l’une des 397 écoles financées par le Royaume des Pays-Bas qui fournit une dotation de 6,5 milliards de francs CFA pour soutenir la mise en œuvre du programme de cantine scolaire.

Junior Fatongninougbo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *