Aller au contenu

La BAD, acteurs et gouvernement pour le développement du textile béninois

Les défis à relever pour le développement de la filière textile ont été examinés jeudi 09 mars 2023 par les acteurs de la filière et par le gouvernement. C’était lors d’un atelier organisé à Cotonou par la Banque africaine de développement (BAD).

Identifier les enjeux, collecter des données qualitatives sur les besoins et les attentes des acteurs de l’écosystème manufacturier textile ; proposer un modèle industriel local alternatif par rapport aux solutions de niche traditionnelles ou aux produits importés de moindre qualité. Tels sont les objectifs de l’atelier organisé le jeudi 09 mars 2023 à Cotonou, par le bureau pays du Groupe de la Banque africaine de développement au Bénin.
La transformation de l’agriculture, le développement industriel et le secteur privé figurent en effet parmi les priorités inscrites dans la stratégie de développement du Groupe de la Banque africaine de développement au Bénin pour la période 2022-2026.
Selon Dario G. Ebo Sacramento, directeur de cabinet adjoint du ministère de l’Industrie et du Commerce, « ce projet d’industrialisation du vêtement en petite série au Bénin proposé par la Banque africaine de développement s’inscrit dans ce mouvement d’innovation à haute valeur ajoutée pour le consommateur béninois. , que le gouvernement essaie de promouvoir au sein de l’industrie béninoise ». Selon lui, le projet s’inscrit dans la dynamique du renforcement structurel de l’industrie textile au Bénin et dans la logique de la consommation locale.

Robert Masumbuko, responsable pays du Groupe de la Banque africaine de développement au Bénin, a expliqué que « l’atelier est une étape pour aider les petites et moyennes entreprises béninoises à se structurer et mutualiser leurs efforts pour accompagner la dynamique mise en place par les autorités béninoises en faveur du développement de l’industrie textile, par la production de masse locale ».
Pour Nadia Adanlé, membre de la Chambre des métiers du Bénin et fondatrice de Couleur Indigo – une entreprise de teinture à l’indigo qui utilise le procédé traditionnel, il est impératif que « le secteur textile soit régi par des normes et standards internationaux afin que la production soit attractive et satisfasse aux besoins des consommateurs locaux ainsi qu’à la demande de plus en plus pressante qui vient non seulement de l’extérieur du pays mais aussi de l’extérieur du continent. » Selon lui, c’est dans l’intérêt de toutes les parties intéressées.
L’atelier de Cotonou a réuni des fabricants de tissus, des teinturiers, des stylistes, des modélistes, des brodeurs, des couturières, des consommateurs, des professionnels des fonctions support et de la chaîne de valeur de la production textile, des représentants des organisations faîtières et des responsables gouvernementaux directement impliqués dans le secteur textile au Bénin.

MM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *