Par Christian HOUNONGBE,

Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Numérisation, et ses collègues Kouaro Yves Chabi, de la formation secondaire, technique et professionnelle et Eléonore Ladékan Yayi, de l’enseignement supérieur, ont fait une descente mercredi 12 janvier sur le site internet du plateau technique de l’École de métiers du numérique à Cotonou. A l’issue de la visite, les représentants du gouvernement sont repartis satisfaits de l’avancement des travaux.
Trois ministres du gouvernement béninois ont visité mercredi 12 janvier le site du plateau technique de l’École des métiers du numérique. Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre du Numérique et de la Numérisation, et ses collègues Kouaro Yves Chabi, de la formation secondaire, technique et professionnelle, et Eléonore Ladékan Yayi, de l’enseignement supérieur, sont allés s’enquérir des travaux d’avancement. Des salles de travaux pratiques à l’appartement d’exposition, en passant par les locaux d’équipements lourds et délicats, les salles de câblage et les travaux annexes, la délégation ministérielle a été satisfaite du niveau de travail. Selon Kouaro Yves Chabi, ministre de l’Enseignement secondaire, technique et professionnel, 24 jours après le début des travaux, tout change sur le chantier, ce qui laisse penser que le délai sera respecté. « C’est bien que l’entreprise soit à 25 % du taux d’exécution des travaux », dit-il. Pour cela il promet de garder le cap aux côtés de ses collègues afin que les objectifs du gouvernement soient atteints. De même, Aurélie Adam Soulé Zoumarou se réjouit également de cette visite. Pour elle, ce site est un élément important du projet, car l’Ecole des Métiers du Numérique a pour objectif d’apporter des compétences techniques aux apprenants. « Nous avons donné des indications que tout ce qui est prévu répond aux ambitions du gouvernement, qui voulait utiliser cette école au profit des jeunes béninois », a-t-il déclaré. C’est l’occasion pour la délégation d’insister sur l’adéquation des infrastructures au contexte local. « J’ai vu que le cadre est beau, c’est bon signe pour les phases qui vont suivre », a ajouté Eléonore Ladékan Yayi qui reste persuadée que toutes les observations faites à l’entreprise en charge des travaux seront prises en considération au vu de atteindre les objectifs du projet. Pour elle, le gouvernement est sur la bonne voie dans sa stratégie d’appariement formation-emploi. « Tout est fait pour que cet idéal se concrétise à partir de cette école destinée à répondre aux attentes des entreprises en termes de compétences dans les filières fibre optique et numérique », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *