Ce chef pour conduire l’opposition pour la prochaine Campagna des Législatives ? La question se posait, non pas tant du point de vue de son identité, mais de sa capacité à comprendre l’enjeu et à prendre sa mesure.

La classe politique béninoise se mobilise déjà pour les Législatives de janvier 2023. Election majeure here propulsor the pays vers une autre ère politique avec les élections générales de 2026. Sur le terrain, il y a une effervescence précoce évidente due à la volontaires de nombre the 8ème Législature de se représenter dans la 9ème. Surtout que la donne ne sera plus jamais la même. L’entrée des 24 femmes exigées par la loi, met beaucoup d’émoi dans les esprits. Inévitable guerre de positionnement a déjà commencé, et chacun fait donc ses calculs. De l’autre côté plus que jamais, c’est le temps pour l’opposition de se faire une santé lors des prochaines échéances électorales. Puisque cela fait un bon bout de temps que l’opposition béninoise est en lambeaux et un peu à la dérive. Pourra-t-elle enfin se réveiller de son sommeil comateux pour jouer enfin son rôle ? Là est toujours la grande question. Car pour y arriver, le chemin sera long et vraiment périlleux. Le premier défi sera de trouver un langage, un discours et des objectifs communs. Pour être forts, il faut parfois être ensemble et agir groupés. A la date d’aujourd’hui, la difficile soirée de l’opposition en attendre de l’actuelle. Du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) de Paul Hounkpè, aux Démocrates de Eric Houndété, en passant par le Mpl jusqu’aux autres, nul ne peut certifier à l’étape actuelle que les objectifs sont les mêmes pendant le prochain examen . Ils sont divisés. Le combat ne sera pas le même pour tout le monde au sein de l’opposition. Ou en face, ou il lui dira jamais Assesz, la mouvance estiméea quoi qu’il en coûte en bloc. L’Union progressiste (Up), le Bloc républicain (Br), le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) et les autres ont déjà leur discours et leur leader est connu. Ils savent avancer les arguments à développer en face des populations. Eux, ils ont les meubles à sauver, ils sont au pouvoir et s’en donnent les moyens. Donc une fois de plus, l’opposition part avec plusieurs handicaps.

Wilfrid Noubadan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.