Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, a remis officiellement, jeudi 6 janvier, les autorisations aux promoteurs des centres d’accueil et de protection de l’enfance (Cape), qui les autorisent désormais à accueillir, prendre en charge et réinsérer des enfants en détresse dans Bénin.

Les promoteurs des centres d’accueil et de protection de l’enfance qui ont respecté les règles et normes applicables à leurs établissements au Bénin ont vu leurs efforts couronnés de succès. Hier, jeudi 6 janvier, ils ont reçu les autorisations les autorisant à travailler pour les enfants vulnérables au Bénin. C’est un passeport qui, en même temps qu’il leur permet d’exercer librement, mais les oblige à tout contrôle nécessaire.
Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, estime que la délivrance de ces agréments par l’Etat est un signal fort pour demander aux promoteurs des structures de protection de l’enfance un environnement de protection minimum pour les enfants en situation difficile. L’autorité ministérielle informe que la nouvelle année consacrera des réformes en matière de protection de l’enfance dans l’intérêt supérieur de chaque enfant en situation difficile au Bénin. En ce qui concerne les écoles maternelles et structures assimilées, un décret définira clairement les normes requises et leurs relations avec les structures étatiques.
Face aux défis auxquels le pays doit faire face en termes de violences, d’abus, d’exploitation des enfants avec la recrudescence des cas de viols, de grossesses non désirées, de mariages précoces, le ministre des Affaires sociales note que le gouvernement continuera d’améliorer les conditions de vie conditions de vie de la population à travers la protection des groupes vulnérables, y compris les enfants. A cet effet, poursuit-il, un nouveau plan d’action de la Politique Nationale de Protection de l’Enfance a été élaboré en 2021 et a redéfini les rôles et responsabilités de chaque acteur de la démarche. « C’est pourquoi 2022 sera une année de stocks. Nous continuerons à fermer les capes hors normes qui ne garantissent en aucun cas la sécurité des enfants et à développer des activités de dynamique de vie dont les cours socio-éducatifs, la campagne de sensibilisation à la santé sexuelle et reproductive et la mise en place d’espaces sains en tout lieu sur tout le territoire national. pour mieux équiper les enfants », a-t-il déclaré.
Véronique Tognifodé souligne que la délivrance de ces agréments n’est pas une fin en soi mais un processus continu. « Mes services compétents sont chargés de vous suivre de près et de veiller à ce que vous restiez respectueux des règles et que vous vous adaptiez adéquatement aux changements qui s’imposent à notre pays en matière de protection de l’enfance », insiste-t-il. . Elle exhorte les promoteurs à respecter systématiquement les normes dans leurs actions et à rechercher le soutien nécessaire auprès des services de l’État qui sont entièrement à leur disposition.
Le Père Aurélien Ahouangbè, représentant des bénéficiaires, a remercié le Chef de l’Etat, Patrice Talon, et le Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance pour leur engagement à leurs côtés. Il dit que l’obtention de l’accréditation est à la fois un couronnement et un nouveau départ. Les bénéficiaires s’engagent à toujours faire de leur mieux pour répondre aux exigences et assurer le bien-être des enfants et un avenir durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.