Par Arnaud DOUMANHOUN,

Les ministres de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, ont apporté des éclaircissements au sujet de la polémique relative à une hausse vertigineuse des impôts qui serait l’une des causes de la cherté de la vie.
«Aucun impôt n’a connu une hausse en montant». Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances, a été formellement sur l’émission  » Le débat public  », sur la télévision nationale, dimanche 3 avril dernier. Selon l’argentier national, « La position du gouvernement de Patrice Talon depuis 2016 consiste à dire nous allons simplifier l’administration fiscale. Nous allons limiter le nombre de prélèvements, élargir le nombre de contributeurs et ensuite diminuer le montant des taxes ». L’explique que quand dans un pays, 100 personnes contribuant sur 1000, elles le font de façon peu significative face aux besoins. Il faut donc travailler à ce que tous ceux qui sont censés contribuer, le fassent effectivement, et la, les recettes fiscales augmentent. A en croire les ministres de l’Economie et des Finances, « en 2016, il y avait à peu près 16 000 cotisables pour l’impôt sur les sociétés, contre 25 000 en 2021 soit environ 40% de plus. Et les 30 % du taux d’imposition sur les sociétés n’ont pas varié. Donc, on n’a pas augmenté le taux, il y a eu plus de personnes qui cotisent. Ce sont des personnes qui devaient payer, et qui ne payaient pas qu’on a progressivement amené vers le champ de la formalisation, le champ du respect de la loi. Quand ces gens payent aujourd’hui, ils le présentent comme une pression nouvelle, des taxes nouvelles ». Et d’ajouter que de 2016 à ce jour, le nombre de prélèvements est passé de 52 à 34. C’est dire qu’il y a eu des suppressions et une réorganisation des prélèvements. Aussi, la Tva, impôt généralement payé par tous les citoyens, qui est de 18 % au Bénin, est déjà passée à 19, voire 20 % ailleurs. « Nous n’avons pas touché à ce taux de 18 %. Et sur le riz, nous avons fait un abattement de 80% de Tva. Du point de vue de la facilitation des relations avec l’administration fiscale, depuis deux ans, le retrait de l’attestation fiscale qui était subordonnée à 5 000 F Cfa, est rendu gratuit et disponible en ligne. À chaque fois que nous pouvons rendre gratuitement, nous le faisons. Le nombre d’Imôts a été réduit. Aucun impôt n’a connu une hausse en montant. C’est concela la réalité des choses », ont conclu les ministres de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.