Deux éléments sont essentiels à la cohésion sociale et à la coexistence entre les citoyens : la paix et le développement durable. Ce sont des questions clés pour l’évolution de l’Afrique et l’Union africaine, qui est une organisation continentale qui a rejoint les 55 États membres, cherche à construire une terre pacifique pour laisser un continent prospère aux générations futures. Son désir de parvenir à une Afrique pacifique et prospère, intégrée, gouvernée par ses citoyens et qui occupe la place qui lui revient dans la communauté mondiale et l’économie du savoir ne peut être satisfaite sans une éducation de qualité. C’est avec cette même conviction que l’organisation Heavenly Culture, World Peace, Restoration of Light (HWPL), a voulu œuvrer à l’instauration de la paix à travers son programme de formation à l’éducation à la paix en 12 leçons.

Près d’un an après le début de cette initiative en Afrique francophone, le 27 novembre 2021 a marqué la célébration de sa première cérémonie en ligne pour les éducateurs africains. L’événement a réuni 40 invités d’honneur, dont 30 éducateurs pour la paix de Madagascar, du Mali, de Côte d’Ivoire et de Tunisie. En outre, HWPL a consolidé son partenariat avec sept des établissements d’enseignement présents en signant un protocole d’accord (PE) pour assurer la continuité de l’éducation à la paix HWPL dans ces écoles.

HWPL croit fermement que la clé d’une paix durable et du développement de l’Afrique réside dans l’éducation à la paix. Selon les statistiques enregistrées par les Nations Unies depuis juin 2019, il est rapporté que 9 272 écoles ont été fermées ou sont devenues inopérantes et près de 2 millions d’enfants ont été privés d’éducation en raison de violences et de violences. République Africaine, Tchad, République Démocratique du Congo, Mali, Niger et Nigeria. Par conséquent, apprendre aux enseignants à devenir eux-mêmes des éducateurs pour la paix est une façon pour HWPL d’assurer un avenir où les enfants et les adultes peuvent s’épanouir et guérir du traumatisme d’un conflit violent.

La cérémonie s’est terminée par le témoignage de Mme Asana Moro, enseignante à l’école primaire de l’Ecole Internationale d’Anglais d’Abidjan (IESA), qui le 22 octobre, avec d’autres collègues, a organisé une journée de la paix avec 250 élèves de l’école primaire. pour discuter de paix et de diversité. L’événement a été un grand succès, dont les résultats peuvent être vus aujourd’hui.

Mme Moro a exprimé avec passion :
Pour moi, l’éducation à la paix a été l’une des leçons les plus étonnantes que j’ai reçues dans ma vie. Il m’a tellement appris. Vivre dans un environnement calme ne consiste pas seulement à s’amuser avec les gens, il y a aussi des choses à considérer. Nous savons tous que la paix n’est pas une guerre, comme nous le comprenons tous. Je ne connaissais pas vraiment la guerre, mais grâce à cette éducation j’ai compris que la paix n’est pas seulement la paix dans le pays, mais qu’il ne devrait pas y avoir de guerre. En tant qu’enseignant, le programme m’a également beaucoup aidé, car l’école dans laquelle je travaille compte plus de 15 nationalités, et nous avons donc affaire à des étudiants de différents horizons, pays, langues, cultures, ethnies, etc. A travers cet enseignement, j’ai vraiment compris comment interagir avec d’autres personnes que moi et j’ai appris à les comprendre par le dialogue, le respect et la tolérance.

A ce titre, HWPL continue de mettre en œuvre son programme d’éducation à la paix en Afrique dans le but de former les nouvelles générations à la paix afin qu’elles deviennent des messagers qui sauront apporter cette paix à partir de leur domicile, de leur école et de leur entourage.

Département des relations publiques
HWPL – Région d’Afrique francophone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *