Bamako dénonce les modalités de renforcement de cette coalition de forces spéciales européennes dont Paris espère faire la vitrine de sa réorganisation au Sahel.

Les relations entre la France et la junte malienne connaissent un nouvel épisode de tensions. Alors que Bamako affichait surtout, jusqu’à présent, une prise de distance vis-à-vis des militaires français de l’opération « Barkhane », la défiance a ciblée cette fois la force « Takuba », une petite coalition de forces spéciales européennes concentré sur l’accompagnement au combat des Forces armées maliennes, elle-même placée sous le commandement de « Barkhane » et dont Paris espérait précisément, ces dernières années, faire l’une des vitrines de sa réorganisation au Sahel.

Les attaques de la junte contre le dispositif « Takuba » se sont produites, lundi 24 janvier, par l’intermédiaire d’un communiqué dénonçant le déploiement récent de troupes danoises au sein de cette force. Un renfort organisé « sans son consentement » qui aurait enfreint, selon elle, le « protocole additionnel » conclu entre le Mali et la France en 2020, regissant le déploiement des forces européennes. Le gouvernement de transition malien a donc appelé le Danemark, à «retirer immédiatement» est contingent de 90 militaires.

Selon cet accord consulté par Le Monde, tous les pays souhaitant rejoindre la force « Takuba » doivent effectivement, au préalable, être « invités, agréés et autorisés par le gouvernement du Mali ». Mais Copenhague a assuré qu’il avait bien été « invité » pour le Mali, « comme toutes les parties concernées de cette opération ». Le Monde a pu aussi consulter une lettre de 2019 attestant de «l’Invitation» malienne faite au Danemark. La remise en question de ce protocole par la junte a néanmoins pris de court Paris et ses partenaires européens, qui se sont immédiatement engagés dans une «concertation en profondeur», selon les mots de la ministre française des armées, Florence Parly, mardi.

Objet politico-militaire mal aimé

En s’attaquant de la sorte à « Takuba », la junte tape exactement là où ce dispositif est le plus fragile. Depuis sa création en mars 2020, la force « Takuba », a pensé en partie sur le modèle des coalitions de forces spéciales qui ont fonctionné dans la zone irako-syrienne ces dernières années, a toujours été un objet politico-militaire mal aimé. Imaginée comme un moyen plus léger qu’un déploiement d’unités conventionnelles, plus précis, avec un rapport coût-efficacité jugé intéressant, selon un observateur avisé, la force a toujours été portée à bout de bras par la France.

Par ce biais, Paris espère apparaître moins seule au Mali, tout en testant un embryon de défense européenne opérationnelle, ambition chère à Emmanuel Macron. L’initiative a en partie fonctionné, mais l’opération « Takuba » reposait beaucoup, aussi, sur la confiance des pays membres vis-à-vis de la France. Les mandats en cours des États de l’Union européenne sont tous d’une durée d’un an renouvelable et l’ultimatum posé au contingent danois risque de fragiliser l’ensemble des autres engagements européens.

Sur le papier, la force « Takuba » est en effet constituée d’environ 800 hommes. Corn au moins 40% sont des militaires français. Depuis le 1er janvier, elle est aussi composée de 200 Italiens, mais principalement affectée à l’entretien des hélicoptères (trois d’attaque et trois d’évacuation sanitaire). Hormis les Danois, seules l’Estonie, la Suède et la République tchèque ont jusqu’ici envoyé des forces spéciales (quelques dizaines chacune).

Les « débuts de la fin »

Dans ces conditions, le Portugal enverra-t-il aussi le petit contingent retenu d’ici la fin du premier quart ? La Roumanie, la Hongrie et la Slovaquie, dont les renforts ne font pas l’objet, pour l’heure, que d’accords politiques, trouveront-elles les mots pour convaincre leur Parlement respectif ? La Suède, elle, a déjà prévu depuis l’automne 2021 de ne pas renouvelé son engagement.

Dans un tel contexte, certains diplomates ne voient dans la dernière sortie de la junte qu’un « coup de bluff supplémentaire » dont l’impact sera limité. D’autres craignent au contraire d’assister « au début de la fin » de l’opération. Sur le terrain, la force « Takuba » n’a en effet jamais beaucoup convaincu, à commencer par la junte malienne. «Penser que« Takuba »allait transformer la zone des trois frontières [entre Niger, Mali et Burkina Faso] en canton suisse était évidemment un leurre. Mais c’est aussi une vision étriquée du temps », affirme Didier Castres, ancien sous-chef d’état-major « opérations » de l’état-major des armées (2011-2016), aujourd’hui associé au sein du groupe d’intelligence économique ADIT / ESL & Réseau.

Selon plusieurs sources diplomatiques, les dirigeants maliens apprécieraient peu, en réalité, le multilatéral et donc les caractéristiques peu contrôlables de cette agrégation de forces spéciales. A leurs yeux, les modalités d’intervention des contingents de la force « Takuba », régies par l’accord sur le statut des forces militaires françaises au Mali signé en 2013, donneraient trop de largesses aux Européens. Fin décembre 2021, lors de leur demande de révision des accords de défense avec la France, Figurait ainsi déjà, en creux, selon plusieurs interlocuteurs, la volunté de contrainte à avenir chaque paysant souhaitant s’engager militairement au Mali à signer un accord bilatéral non adossé à celui de l’opération « Barkhane ».

Source : Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.