Ce lundi 11 juillet 2022, le juge d’instruction a remis le rapport d’expertise aux parties concernées dans l’affaire dite de charbon fin. Cette affaire implique la société minière IAMGOLD Essakane SA, la société Bolloré, des agents de l’Administration publique qui sont les prévenus, le REN-LAC et l’État burkinabè comme partie civile.

Les parties prenantes au procès d’affaire de charbon fin au Burkina Faso sont entrées en possession du rapport d’expertise. Selon Maitre Pierre Lassané Yanogo, conseiller d’IAMGOLD Essakane, « nous avons réclamé une expertise puisque le tribunal avait dit que le premier rapport produit pour le parquet n’avait pas valeur de rapport d’expertise. Pour nous il faut une expertise transparente pour situer toutes les parties. Nous sommes satisfaits que ce rapport soit enfin sur la table du tribunal et communiqué aux parties. Nous allons prendre connaissance de son contenu, faire nos observations et nous espérons que le peuple sera situé et surtout que la justice sera enfin dite dans ce dossier ». Ces éléments d’appréciation transmis aux parties concernées à ce procès doivent leur permis (lui et son client) de faire des observations. « Mais, pour l’instant, note Pierre Lassané Yanogo, conseil d’IAMGOLD Essakane, « Je ne sais pas encore quels sont les laboratoires qui ont été retenus pour faire les analyses ».

De son côté Maitre Prosper Farama, de la partie civile, soulignea que «ce rapport va permre au dossier d’avancer». Puis il ajoute : « enfin on aura une audience par rapport à ce dossier de charbon fin dans les délais précédents ». Il faut noter qu’après 90 jours d’échanges et d’observations et s’il n’y a pas d’incident de procédure, le procès charbon fin devrait débuter. Mais il faut savoir que dans ces 90 jours d’échanges et d’observations, une partie peut demander par exemple une contre-expertise. Dans ce cas, le tribunal va afficher. Ou encore une partie peut attaquer le rapport d’expertise. Mais s’il n’y a pas d’incident qui oblige le tribunal d’attendre qu’une décision soit rendue, sur une requête formulée par une des parties, il ne reste qu’à programmer le début du procès. Le rapport indique que la teneur en ou du charbon fin était largement supérieure, soit, 13 fois plus que la norme.

Firmin OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.