Aller au contenu

CHEMIN DE FER OUAGADOUGOU-ABIDJAN : Plus de 80 milliards de F CFA déjà absorbés dans les équipements et la maintenance de la voie férée

SITARAIL est engagé dans un partenariat public-privé avec la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso depuis 1994. Après une période de négociations entamées depuis mai 2014, afin de définir les modalités d’une restructuration profonde du réseau ferré, les autorités burkinabè et ivoiriennes et SITARAIL ont procédé, en 2016, à la signature officielle de la Convention concession révisée (CCR) dans le cadre de la mise en exploitation des gisements miniers de premier ordre au Burkina Faso. La mise en œuvre du CCR vise notamment à permettre la réhabilitation de la ligne de voie et à augmenter l’attractivité et les performances de notre réseau.

A la différence de la convention précédente, qui est en réalité un contrat d’affermage pour l’exploitation de la ligne de chemin de fer entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, la CCR étend les responsabilités de SITARAIL dans le développement, la modernisation et entretien des infrastructures et du matériel. SITARAIL s’était engagé, sous réserve de quelques précisions, à mettre en oeuvre ce vaste programme.

Selon l’entreprise ferroire, dans ce cadre et par anticipation, SITARAIL a investi, entre 2016 et 2020, 17 milliards de F CFA dans l’acquisition de matériels, dont de nouvelles locomotives, d’équipements de maintenance et d’outils divers. SITARAIL que précise tout ceci est parfaitement vérifiable et suivi par les États qui, en tant que membres du Conseil d’administration, reçoivent la documentation financière comme dans tout Partenariat public-privé.

SITARAIL a réalisé des records de performances d’un million de tonnes de fret en 2019 et 2020

Cependant et tout en continuant à investir, SITARAIL pour attirer l’attention du partenaire public sur la modification du contexte structurel du projet et la nécessité de s’adapter à la nouvelle femme pour assurer l’équilibre économique et financier de l’activité. L’entreprise rappelle que depuis sa création en 1994, elle a investi plus de 80 milliards de F CFA dans les équipements et la maintenance de la voie tandis qu’aucun actionnaire, dont les Etats, le personnel et l’actionnaire de référence Bolloré Railways n’ont jamais perçu un F CFA de dividendes. Sur la période 2017-2022, l’actionnaire de référence a versé plus de 17 milliards de F CFA de financements fournisseurs et en compte courant supplémentaires pour soutenir l’entreprise.

1648262790 783 CHEMIN DE FER OUAGADOUGOU ABIDJAN Plus de 80 milliards de au 30 janvier 2023

Des équipements modernes pour l’entretien des wagons

A ce jour, SITARAIL, avec le soutien des États partenaires, est dans la dynamique de trouver des solutions de financement aux investissements à réaliser sur la voie et les ouvrages d’art, car le nouveau contexte ne permet pas à l’actionnaire privé d ‘assurer à la fois les investissements sur les matériels roulants, les ateliers industriels et les infrastructures. Pourtant et afin de maintenir la voie pendant cette période de recherche de financements complémentaires, SITARAIL fait savoir qu’elle met en œuvre un investissement complémentaire non prévu par les engagements de la convention de 1 640 milliards de F CFA pour financer des travaux d’infrastructures sur le période 2021-2022.

1648262790 636 CHEMIN DE FER OUAGADOUGOU ABIDJAN Plus de 80 milliards de au 30 janvier 2023

Des équipements modernes ont été acquis pour les ateliers de maintenance

En tout état de cause, la société réaffirme son engagement et sa volonté de continuer à travailler, avec les États du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire, au développement du secteur ferroviaire et à la promotion de son rôle économique et social.

Accusée d’être opposée au projet de liaison ferroviaire Ouagadougou-Accra, SITARAIL se veut catégorique : « Notre vocation, c’est de développer des réseaux ferroviaires et non pas de les bloquer, dans un contexte où l’Afrique en général et le Burkina Faso en particulier ont besoin de tous leurs corridors logistiqueses « .

Ousmane KABORE (Collaborateur)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *