Accra, République du Ghana

4 juin 2022

Communiqué final

1. La Confrence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est runie en Session extraordinaire, le 4 juin 2022 Accra, en République du Ghana, sous la présidence de SEM Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence.

2. Cette session extraordinaire à convoquer dans le but d’examiner les récentes évolutions politiques intervenues au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, depuis le dernier Sommet extraordinaire tenu le 25 mars 2022 Accra.

3. étaient présents cette Session, les Chefs d’État et de Gouvernement ciaprs, ou leurs représentants dment mandats :

● SEM Patrice TALON, Président de la République du Bénin.

● SEM Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire.

● SEM Adama BARROW, Président de la République de Gambie.

● SEM Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana.

● SEM Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée Bissau.

● SEM George WEAH, Président de la République du Libéria.

● SEM Mohamed BAZOUM, Président de la République du Niger.

● SEM Muhammadu BUHARI, Président de la République fédérale du Nigeria.

● SEM Macky SALL, Président de la République du Sénégal.

● SEM Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise.

● SEM Belarmino Monteiro SILVA Ambassadeur de la République de Cabo Verde auprs de la République Fédérale du Nigeria.

● SEMme Francess Virgina ANDERSON, Ambassadeur de la République de Sierra Lone auprs de la République du Ghana

4. Ont également assisté à cette session :

● SE Dr Goodluck Ebele JONATHAN, Médiateur de la CEDEAO pour le Mali, ancien Président de la République fédérale du Nigeria.

● SEM Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union Africaine.

● M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO.

● M. Abdoulaye DIOP, Président de la Commission de l’UEMOA.

● M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant spécial du Secrétariat général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

● M. El Ghassim WANE, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et Chef de la MINUSMA.

5. Les Chefs d’État et de Gouvernement ont examiné le rapport présent par SE Dr Goodluck Ebele JONATHAN sur la situation au Mali ainsi que les rapports de la mission d’évaluation de la CEDEAO au Burkina Faso et de la situation en Guinée, présentent par M. Albert KAN-DAPAAH, Ministre de la Sécurité Nationale de la République du Ghana, représentant SE Shirley Ayorkor Botchwey, Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Régionale du Ghana, Président du Conseil des ministres de la CEDEAO.

6. La Conférence a également examiné le mémorandum présenté par le Président de la Commission sur le déploiement de la Mission et sur la stabilisation de la Guinée Bissau et sur la situation financière des Missions.

7. La Conférence a salu la qualité des documents présentés et a pris note
des recommandations qui y sont contenus.

Concernant le Burkina Faso :

8. Sur le plan sécuritaire, la Conférence prend note des efforts déployés par le Burkina Faso, malgr les nombreux défis susceptibles d’être confrontés pour reconquérir certaines localités, permant ainsi le retour d’une partie des personnes déplacées internes et la rouverture de certaines coles .

9. A cet gard, la Conférence encourage les autorités de transition à maintenir une dynamique d’engagement en vue de renforcer la sécurité dans le pays.

10. En ce qui concerne ici la situation humanitaire, la Confrence exprime sa vive préoccupation face à la détérioration de la situation par rapport des cellules observe lors de la mission effectuée par la CEDEAO dans le pays en avril 2022. Elle appelle la Communauté internationale renforcé son aide humanitaire au Burkina Faso.

11. La Conférence salue la décision ayant permis à l’ancien Président Kabor de regagner son domicile et insiste pour qu’il jouisse d’une totale liberté.

12. La Confrence retre sa préoccupation concernant la durée de la période de transition fixe 36 mois par les Autorités du Burkina, comme indiqué dans son Communiqué du 25 mars 2022. Partant, et conformément à la décision du Sommet extraordinaire du 3 février 2022, la Confrence :

à. Ritre sa ferme condamnation du coup d’Etat du 24 janvier 2022.

b. Décision de maintenir la suspension du Burkina Faso de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’au rtablissement de l’ordre constitutionnel ;

c. Demande la finalisation d’un chronogramme de transition acceptable ;

ré. Prenons acte de la correspondance en date du 31 mai 2022 prouvant les autorités de la Transition, en ce qu’elles marquent leur disponibilité et leur engagement à poursuivre le dialogue avec la CEDEAO en vue d’un retour lordre constitutionnel dans les meilleurs délais ;

Et. Décider, compte tenu de cet engagement, de poursuivre les discussions avec les autorités burkinabè sur la transition en vue de parvenir à un accord.

13. La Conférence décide d’examiner la situation du Burkina Faso lors de son prochain Sommet ordinaire du 3 juillet 2022.

14. Par ailleurs, la Conférence a décidé de nommer SE Mahamadou ISSOUFOU, ancien Président de la République du Niger, en qualité de Médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso, pour faciliter le dialogue entre l’ensemble des parties concernées.

Sagissant de la Guine :

15. La Conférence exprime sa vive préoccupation face à la détérioration de la situation sociopolitique dans ce pays, du fait notamment de l’absence d’un cadre de dialogue approprié entre le gouvernement et les acteurs politiques et de la société civile. La Conférence reste également occupée par la durée de la période de transition de 36 mois annoncée par les autorités de la Guinée.

16. En conséquence, la Conférence :

à. Demande la finalisation d’un chronogramme de transition acceptable ;

b. Il en appelle au gouvernement de mettre en place un cadre de dialogue approprié avec les politiques et de la société civile, afin de faire baisser la tension socio-politique et de favoriser une transition pacifique ;

c. Demander la poursuite des discussions sur les deux points cités ;

ré. Confirme la nomination de M. Mohamed Ibn Chambas, en qualité de Médiateur de la CEDEAO pour la Guinée ;

Et. Exhorte le gouvernement à veiller au respect des droits humains de tous les citoyens guinens et de sabstenir de tout acte arbitraire contribuant à remettre en cause l’État de droit dans le pays.

17. La Conférence décide d’examiner la situation de la Guinée lors de son prochain Sommet ordinaire du 3 juillet 2022.

Sagissant du Mali :

18. La Confrence salue les efforts dploys par le Mdiateur de la CEDEAO en vue de lobtention dun chronogramme acceptable et propre assurer un retour rapide lordre constitutionnel, conformment aux protocoles et aux dcisions de la CEDEAO et de lUnion Africaine.

19. La Conférence a décidé d’inviter le Médiateur au Mali à poursuivre ses efforts en vue de finaliser les discussions avec les Autorités de Transition.

20. En outre, la Conférence décide de :

à. Maintenir les sanctions prononcées le 9 janvier 2022.

b. Poursuivre le dialogue dans le but de parvenir à un accord devant permettre le lever progressif des sanctions, mesure que les bandes du chronogramme de transition sont réalisées ;

c. Appeler ses partenaires accrotre lassistance humanitaire en faveur du Mali

21. La Conférence décide d’examiner la situation du Mali lors de son prochain Sommet ordinaire du 3 juillet 2022.

Concernant la Mission d’Appui la Stabilisation en Guinée Bissau (MASGB) et la situation financière des Missions de stabilisation :

22. La Conférence a pris note du rapport de la Commission sur le déploiement de cette Mission en Guinée-Bissau, afin de mettre en œuvre la stabilité du pays. Elle remercie les pays contributeurs de troupes (PCT) pour le soutien apporté, tout en prenant note de la situation financière des Missions de stabilisation.

23. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement expriment leur profonde gratitude SEM Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président de la République du Ghana et Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement pour son leadership qui a conduit au succès du Sommet.

Fait Accra, 4 juin 2022.

LA CONFÉRENCE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.