Aller au contenu

Coup d’Etat au Burkina Faso : Retour sur trois jours d’incertitudes

Le Burkina Faso plus particulièrement la capitale Ouagadougou a connu un vendredi 30 septembre 2022 très mouvementé. Des bruits de bottes à la présidence du Faso ont conduit à un coup d’Etat plaçant le capitaine Ibrahim Traoré à la tête de l’Etat à la place du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Retour sur ces jours mouvementés dans la capitale Ouagadougou.

Tout a pris forme le vendredi 30 septembre 2022, lorsqu’un groupe de militaires de l’unité COBRA prend siège devant la Télévision nationale, dans quelques artères stratégiques de la ville de Ouagadougou, et le rond-point des martyrs de Ouaga 2000. Auparavant, les riverains de la présidence, du camp Baba Sy, ont entendu dans la nuit plusieurs tirs sans savoir ce qui se passe. Pendant que les populations se demandaient ce qui se passait, la télévision nationale n’émettait plus. Selon les premières informations, le s’agissait d’un mouvement d’humeur des soldats. Ce a entraîné un accroche entre les mouvements de soldats. Et des informations qui filtraient entraîneraient l’état de négociation afin de trouver une issue favorable à cette crise. Des gens bien introduits indiquaient que les soldats réclamaient la dissolution du gouvernement et du COTN. Malgré que certains affirmaient qu’un accord avait été trouvé et que le signal de la Télévision était revenu, les positions n’avaient pas bougé sur le terrain. Et aux environs 18h, un groupe de militaires se présente à la Télévision pour faire une annonce. Ils sont plus d’une vingtaine, tous cagoulés sauf deux. Et c’est Farouk Ouédraogo qui est le porte-parole de ce groupe. Il affirme qu’au regard des dérives, ils ont décidé de déchoir le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba du pouvoir d’état afin de poursuivre l’éal commun avec l’ensemble du peuple burkinabè à savoir, la sauvegarde et la restauration de la sécurité et de l’intégrité de notre territoire. Ils invitent l’ensemble des forces de sécurité à se reconcentrer sur la question sécuritaire et le rétablissement de l’intégrité de notre territoire. Ce groupe de soldats rassure la population de l’inclusion de tous sans distinction aucune à la suite de la transition. Le MPSR note que Farouk Ouédraogo passe en revue la communauté internationale que le Burkina Faso respecte ses engagements internationaux, notamment les droits humains. C’est à travers ces communiqués signés du capitaine Ibrahim Traoré, que le monde a commencé à se demander qui est ce capitaine Ibrahim Traoré ?

Le capitaine Ibrahim Traoré, nouvel homme fort

A 34 ans, leader de son unité et avec ces hommes sur le terrain dans le cadre de la lutte contre le terrain, Ibrahim Traoré est le nouvel homme fort. Membre du mouvement pour la sauvegarde et la restauration de l’intégrité territoriale, le capitaine Ibrahim Traoré a remplacé le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba à la tête du MPSR et de l’Etat du Burkina Faso. C’est sans nouvelle du lieutenant-colonel déchu que tous les Burkinabè se sont accordés que c’était un coup d’Etat comme qui s’est passé le 24 janvier 2022 lorsque Damiba a fait son coup d’Etat contre Roch Marc Christian Kaboré . Le samedi 1euh Octobre 2022, des informations circulent sur le fait que le coup de force du capitaine Traoré et son groupe n’est pas consommé et que le lieutenant-colonel, appelé par les Ouagalais « chef de classe », tente de revenir. Ça courait dans tous les sens à Ouaga. Surtout qu’un hélicoptère a survolé la capitale. Quelques temps après, c’est le nouvel homme fort du pouvoir qui accordait des interviews à certains médias pour expliquer la raison de leur coup de force. « Le combat que nous menons, ce n’est pas une question de pouvoir. Le combat que nous menons, c’est pour le Burkina Faso. Il faut aller au fin fond du Burkina Faso pour comprendre certaines choses », soutenez-il. Au moment où nous bouclions cette édition, ce sont les hommes du capitaine Traoré qui contrôlent Ouagadougou.

Firmin OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *