C’est juste un secret de Pulcinella. La question foncière au Burkina Faso ces dernières années est une réelle préoccupation. Plusieurs voix se sont élevées et continuent de dénoncer, notamment au sein des organisations de la société civile,« une saisie de terrains par des sociétés immobilières, au détriment de la population ». C’est le cas lorsque des habitants de la zone non aménagée du secteur 29 (Kouawé), quartier Belleville de Bobo-Dioulasso, portent une nouvelle fois plainte.

Nous avons rencontré l’un des plaignants dans la matinée du lundi 17 janvier 2022, qui a souhaité s’exprimer sous couvert d’anonymat. Premier à bord, notre interlocuteur a dit de ne pas « Comprenez que malgré la suspension des lotissements à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, les promoteurs immobiliers peuvent encore avoir la liberté de borner des parcelles pour les vendre en l’état ou y construire des maisons avant de le faire. Il fait ces commentaires parce que, dit-il, « Un constat a été fait en ce mois de janvier 2022 à Koubawé, cette zone non divisée du secteur Bobo 29 et c’est l’abattage d’arbres en grand nombre sur une superficie non négligeable ». « Ces arbres sont principalement du karité et du néré », spécifique. Face à ces affirmations, une équipe de L’Express du Faso s’est rendue sur les lieux pour constater les faits de visu. Sur place, ce que nous avons vu n’était pas contraire à ce qu’on nous avait dit. La question que nous nous sommes immédiatement posée était : « Pourquoi abattre tant d’arbres fruitiers d’un coup ? « Le demandeur prétend que c’est un processus de délimitation des lots qui commence, effectué par un promoteur immobilier, en l’occurrence, la société Abdoul Service International.

Le territoire en question relevant de la commune du 7e arrondissement, celle-ci affirme s’être entretenue à ce sujet avec un conseiller dudit arrondissement. Le consultant reconnaîtra que plusieurs personnes l’ont contacté au téléphone à propos de la même question et que lors de leur dernière séance ce procédé d’abattage d’arbres n’a été mentionné pour aucun bornage. C’est là qu’ils sont allés abattre des arbres dans le champ d’un habitant. Ce dernier, sans plus tarder, a enlevé le préfet du département de Bobo. Qui, via une note demande et demande éventuellement au Chef du Service Départemental de l’Environnement de Bobo-Dioulasso de bien vouloir procéder au constat des dégâts causés par Abdoul Service dans le cadre de M…. résidant à Bobo « . Le procès-verbal devra faire l’objet d’un procès-verbal dressé en présence des requérants, selon la demande. Ce que regrette notre interlocuteur, « C’est qu’après le procès, les terres seront vendues au détriment des populations les plus pauvres. Ce que veut la population, plaide-t-il, c’est que le terrain de la promotion immobilière soit assaini ». A cet égard, le même jour, le 17 janvier 2022, le ministre chargé du Logement, Me Bénéwendé Sankara et le directeur général du Logement et de la Construction, Camille Soubéïga, étaient devant la presse à Ouagadougou. Il ressort qu’en ce qui concerne les projets immobiliers, sur 400 projets, seuls 105 dossiers ont été jugés recevables. Par ailleurs, n’oublions pas qu’en mars 2019 la délivrance du permis de développement immobilier a été suspendue ; ce qui maintient le nombre de promoteurs immobiliers autorisés à opérer à 275.

Ce qu’en dit la mairie du 7e

Immédiatement après avoir terminé avec notre interlocuteur, nous nous sommes immédiatement dirigés vers la mairie du 7e arrondissement située à Belleville, pour en savoir plus. Il est environ 11h quand nous arrivons sur place. Quelques instants plus tard, nous avons pu discuter du protocole, à qui nous avons adressé notre plainte, c’est-à-dire rencontrer l’agent de l’Etat de la mairie. Le protocole nous installa dans son bureau situé au premier niveau de l’immeuble, puis nous présenta à l’agent de l’Etat. Après quelques minutes de discussion, qui nous ont permis de lui donner les raisons de notre visite, il a proposé d’en référer au Secrétaire Général. Visiblement le dossier n’était pas inconnu de la maison, mais l’évoquer ne semblait pas à l’ordre du jour. Mais après avoir été reçu par Etienne Bako, le Secrétaire Général, après 3h d’attente, nous a dit qu’Abdoul Service Internationale  » bénéficie d’une délibération de la mairie en date de décembre 2019″.

Afin de ne pas faire croire à une implacabilité envers une quelconque société immobilière, nous avons contacté le bureau de communication d’Abdoul Service International. Le but de l’intervention était de savoir si ce dernier avait, après la résolution de la commune de l’arrondissement 7 favorable en sa faveur, la décharge du Ministère de l’Urbanisme de procéder aux interventions dans la zone en question, puisque les habitants continuent se plaindre. Après en avoir discuté avec le chargé de communication d’Abdoul Service International, contacté par téléphone, il nous indiquera qu’il faut faire une demande auprès de l’établissement pour tenter d’obtenir les informations souhaitées.

Abdoul-Karim Etienne SANON

Aymerico KANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.