Le 14 décembre 2021, le Conseil Régional de la Boucle du Mouhoun a accueilli le lancement du Projet de Développement de la Riziculture sous Contrat Agro-Ecologique à travers le Renforcement des Capacités des Parties Prenantes (PDRCA).

« Renforcer durablement les capacités de quatre organisations de producteurs pour la production et la livraison de riz blanc à la Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire (SONAGESS) », tel est l’objectif du Projet de développement agro-agricole – contrat riz. renforcement des capacités des parties prenantes (PDRCA). Il vise à : intensifier la production de riz écologique et durable par les organisations de producteurs (OP) bénéficiaires ; développer les capacités commerciales des OP bénéficiaires pour respecter les engagements contractuels avec la SONAGESS et assurer la gestion du projet. D’un coût total de 453,552 millions de FCFA, le PDRCA est une subvention obtenue par Afrique Verte Burkina et financée à 100% par le Projet d’Agriculture Contractuelle et de Transition Écologique (PACTE). La convention de financement PDRCA a été signée le 21 juin 2021 pour une durée de 32 mois et concernera 1 915 producteurs à travers l’appui à la production et à la commercialisation du riz avec la SONAGESS. Il est mis en œuvre au profit de quatre organisations de producteurs de riz dans trois régions, à savoir la Boucle du Mouhoun, les Hauts-Bassins et le Sud-Ouest. Il s’agira de partager de nouvelles connaissances avec les producteurs pour renforcer leurs compétences et les aider à rentabiliser leur production agricole et à mieux prendre soin des ressources productives, notamment la terre.

Dans cet atelier de lancement, il s’agissait de faire le point sur les activités du Projet depuis leur démarrage en août 2021 sur le terrain et de le présenter aux autorités. Et pour renforcer la capacité de production des producteurs, le Projet a effectué une livraison symbolique d’équipements à l’Organisation des Producteurs de Safane. Ce lot se compose de quatre scooters et de deux batteuses mécaniques. Un deuxième lot de tracteurs sera également livré aux producteurs agricoles dans les prochains jours. Cet équipement selon Philip Ki, coordinateur de Green Africa Burkina, aura un coût partagé entre le PACTE et les producteurs qui contribuent à hauteur de 10% et environ 30% voire 40%, selon l’équipement.

Pour les critères d’acquisition de tels équipements, le Projet a lancé un appel d’offres auprès des OP en possession d’un récépissé et opérant déjà avec les services techniques déconcentrés du ministère.

« Ce que nous attendions des industriels en matière de matériel, c’est qu’ils en prennent soin et surtout prennent conscience de la nécessité de mécaniser l’agriculture », dit M. Ki. Pour lui, nos producteurs doivent aussi comprendre que la mécanisation augmentera les rendements et réduira les coûts de production et que leur riz sera plus compétitif.

Selon Innocent Ouattara, secrétaire général de la province du Mouhoun, représentant du Haut-Commissariat, la production de riz est en forte croissance au Burkina Faso en lien avec l’initiative présidentielle qui prévoit de produire suffisamment de riz pour réduire les coûts. « Ce projet est le bienvenu, car il améliorera la production et sera une source de revenus pour les producteurs », a indiqué.

Pour Moctar Guira, président de l’Union Siignasigui de Safané dans la filière riz et bénéficiaire, « Le projet a résolu de nombreuses difficultés et nous a conduit à produire du riz de bonne qualité. Il nous a aussi donné les outils sur la qualité du riz ».

Arnaud Lassina LOUGUE

Correspondant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *