L’aventure des Etalons à la CAN Cameroun 2021 s’arrête aux portes de la finale. En effet, ils ont été défaits hier, 2 février 2022, au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, sur le score de 3 buts à 1 par les Lions de la Téranga du Sénégal, au terme d’une rencontre âprement disputée. Sans complexe, les poulains de Kamou Malo ont tenu la dragée haute aux protégés de Aliou Cissé, dans un match dont la décision se fera finalement sur des détails. Ainsi, la fougue de la jeunesse à la frontière de l’insouciance des Étalons, n’aura pas suffi à ébranler la détermination et la rage de vaincre des Lions de la Téranga qui comptent de vieux briscards en leur sein.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Etalons sont tombés les armes à la main ; Tant qu’ils auront mouillé le maillot jusqu’au bout, pour tenter d’arracher une qualification qui leur a finalement fermé les bras. Mais Kamou Malo et ses poulains n’ont pas à rougir de cette défaite. Car, en face, l’équipe adverse avait aussi du répondant. En effet, du porteer de Chelsea, Edouard Mendy, à l’attaquant de Liverpool, Sadio Mané, en passant par le défenseur central du Napoli, Khalidou Fadiga, le latéral droit du Bayern de Munich, Bouna Sarr, le latéral gauche du PSG, Abdou Diallo et son compère du milieu de terrain, Idrissa Gana Gueye, les protégés de Aliou Cissé avaient de l’expérience à revendre sur le terrain, là où certains poulains de Kamou Malo ne revendiquaient que quelques rares capes sous la tunique nationale. Mais cela n’a pas été un handicap pour de valeureux Etalons qui n’avaient rien à perdre, mais plutôt tout à gagner d’une compétition où, en dehors de leurs supporters, ils n’étaient pas attendus à ce niveau de la compétition .

Le peuple burkinabè leur sera à jamais reconnaissant, d’avoir été ce rayon de soleil et ce liant de la Nation

C’est dire tout le mérite de cette cuvée des Étalons qui a déjoué bien des pronostics en se hissant dans le quatuor final de la compétition, la où des équipes données autrement plus favoris, ont vite connu la désillusion. C’est dire aussi si l’avenir s’annonce prometteur, pour peu que ce Onze national bénéficie d’attention et de bonnes conditions d’encadrement. En tout cas, au Cameroun, une équipe est née. Et cette génération peut valoir des lauriers au pays, pour peu que l’on arrive à capitaliser le présent pour mieux envisager l’avenir. Car, en venant à cette CAN avec une équipe rajeunie et en pleine reconstruction après avoir brillé par leur absence à la précédente édition, les Burkinabè avaient des ambitions certes, mais des ambitions mesurées, en ayant mainment à cœur d’entrer dans le carré d ‘comme. Mais appétit venant en mangeant, c’est en toute logique que Kamou Malo et ses poulains ne se fixaient plus de confine, une fois l’obstacle des quarts de finale franchi. Mais leur rêve d’offrir au Burkina Faso son premier trophée majeur dans cette compétition, s’est brisé sur les ambitions des Lions de la Téranga, en quête, eux aussi, d’une première consécration continentale. Cependant, les Etalons sont loin d’avoir démérité. Et le peuple burkinabè peut être fier du parcours de ses ambassadeurs qui ont su hisser haut le drapeau national. Au-delà du résultat sportif, le plus grand mérite dont Kamou Malo et ses poulains peuvent s’enorgueillir, c’est cette victoire sur la grisaille qui semble s’acharner sur leur pays. Ils ont, en effet, su apporter du baume au cœur des populations en cette période difficile que traverse le pays. C’est pourquoi le peuple burkinabè leur sera à jamais reconnaissant, d’avoir été ce rayon de soleil et ce liant de la Nation, au moment où le pays était pris dans la bourrasque des nouvelles sociopolitiques. Le s’agit maintenant d’aller chercher la médaille de bronze, question de terminer sur une note positive et terminer en beauté, une compétition dont ils étaient loin d’être les premiers favoris.

Outélé KEITA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.