Le Conseil des ministres de ce mercredi 27 avril 2022 s’est tenu sous la présidence du Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. A l’issue du Conseil, Lionel Bilgo, porte-parole du gouvernement à fait le point aux Hommes de médias.

Dans son compte rendu du Conseil de ce jour, le porte-parole du gouvernement a annoncé que  » Suite à l’incident survenu à l’aéroport de Ouagadougou sur un avion de Air Burkina, le jour 24 avril 2022, le Conseil a décidé de relever de ses fonctions le Directeur général de la compagnies aériennes Air Burkina avec effet immédiat. »Lionel Bilgo s’est également prononcé sur  » le calendrier raisonnable qu’attendait la CEDEAO.  »

Dit-il que « raisonnable » est un mot subjectif,  » cela dépend de celui qui l’emploie et de commenter l’entend. Le Burkina Faso a fait des choix, et parmi ces choix, c’est définir la durée de la transition. Une durée qui a été conventionnellement définie avec les forces vives de la Nation et qui tient compte du contexte sécuritaire national. » Sudient Lionel Bilgo.

Ce dernier précise par ailleurs que le Burkina Faso n’a pas eu de notification de la part de la CEDEAO. Mais réaffirme encore une fois qu’il est important pour cette institution de tenir compte du contexte national et surtout de percevoir que le plus important pour nous en tant que membre de la CEDEAO, même si nous sommes suspendus, est la paix. Le porte-parole du gouvernement prévient que si le Burkina Faso est en insécurité, aucun pays de la sous-région ne sera en sécurité.

« Nous attendons un signe fort de la CEDEAO pour permre au Burkina, au Mali et au Niger de juguler cette crise sécuritaire. Donc la question du délai, nous burkinabè avons déjà tranché, et c’est 3 ans. » Conclure-t-il.

Abdoul-Karim Etienne SANON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.