Dans ce communiqué transmis à notre rédaction ci-dessous, le chef de l’opposition politique (CFOP) annonce la révocation de la disposition suspendant sa participation au dialogue politique en cours pendant plusieurs mois. Il promet aussi des rencontres et des visites de terrain dans les jours à venir.

« Le 9 novembre 2021, les partis politiques membres du cadre de concertation, réunis autour du Chef de l’opposition politique (CFOP), ont eu, après un triste constat de la grave détérioration de la sécurité avec la valeur ajoutée d’un désespoir généralisé entre les masses populaires , a appelé le président Roch Marc Christian Kaboré à prendre des mesures adéquates et fortes pour ramener la situation sous contrôle dans un délai d’un mois.

Au bout du temps imparti, l’observation au sol pour le seul mois reste encore plus sombre.

  • 241 SDS ont diminué, dont 54 dans le seul Inata ;
  • Au moins 70 VDP sont tombés, dont 42 à Titao ;
  • Plus de 32 SDS blessés ;
  • Plus de 40 personnes enlevées ou portées disparues ;
  • Écoles et postes de police fermés ;
  • Contrôles de l’INCA par des terroristes sur les routes principales ;
  • Interceptions de camions destinés à ravitailler les populations en vivres et en carburant ;
  • Raquette à certains endroits ;
  • Placer des drapeaux noirs dans certains commissariats.

Au vu du suivi ci-dessus, on peut dire que le Burkina a connu une recrudescence des attentats terroristes en moins de deux (02) mois, avec son corollaire de massacres, traumatisés, déplacés, assoiffés, affamés et stationnés dans des espaces inappropriés. . Villes et villages vidés, écoles fermées…

Ces tragédies ont été perpétrées sans réactions adéquates et efficaces, ce qui a fini par plonger notre nation dans une situation infernale inacceptable. L’attentat d’Inata est venu soudainement nous rappeler de graves dysfonctionnements inimaginables dans un pays qui serait en guerre contre le mal terroriste depuis plus de six ans.

Afin de ne pas aggraver le désespoir de la population et d’avoir une juste appréciation des moyens mis en œuvre par le gouvernement dans la lutte contre le terrorisme et la mauvaise gouvernance, le cadre consultatif de l’opposition, réuni les 10 et 22 décembre 2021, s’est engagé à rencontrer les établissements suivants :

  • le Ministère des Armées et des Anciens Combattants ;
  • le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité ;
  • le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan ;
  • le Ministère du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises ;
  • le ministère de l’Éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales ;
  • le Ministère du Genre, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire ;
  • le REN-LAC ;
  • l’ASCE-LC ;
  • Afrique libre.

De plus, une sortie sur le terrain sera organisée pour apporter un soutien moral et matériel aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et pour expérimenter leur réalité de première main. La province de Sanmatenga a été désignée pour la sortie du CFOP.

Suite à la suspension de sa participation aux instances dirigeantes, notamment le Conseil national d’orientation et de suivi (CNOS), institué pour la réconciliation nationale, la Commission de suivi et la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique, le cadre de concertation des leaders de l’opposition ( CFOP) ont été approchés par les autorités religieuses et coutumières, par le ministre d’État chargé de la réconciliation nationale et par le Médiateur du Faso pour demander la levée de la suspension.

Au vu de la qualité et de l’insistance des candidats et afin de donner plus de possibilités au processus de réconciliation nationale, le cadre consultatif de l’opposition politique, réuni le 5 janvier 2022, a décidé de lever la suspension de sa participation au Conseil national d’orientation et de contrôle. Commission et en Commission de suivi et de mise en œuvre des recommandations du dialogue politique.

Cependant, le CFOP garde comme priorité la recherche urgente de la paix et de la sécurité réclamée par les populations blessées.

Le CFOP prend acte de la nomination de Zerbo Lassina au poste de Premier ministre et de la composition du gouvernement resserré. Elle les jugera sur la base de leur capacité à faire face aux multiples défis auxquels le pays est confronté.

Le CFOP invite également les populations, inquiètes pour l’avenir de notre pays, à rester attentives à tout mot d’ordre qui interviendrait en fonction de l’évolution de la situation nationale, après une évaluation objective et opportune de la situation sécuritaire notamment.

Enfin, le cadre de concertation, réuni autour du chef de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, renouvelle les vœux de bonne année 2022 au peuple burkinabé. Que 2022 soit une année de paix, de stabilité et de cohésion pour le Burkina Faso.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Eddie Komboigo

Le CFP »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *