Que de chemins parcourus dans la course contre la montre dans laquelle la CEDEAO avait indirectement engagé les autorités de la transition de notre pays depuis le dernier sommet tenu Accra sur la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée. Beaucoup d’avances ont été enregistrées dans un laps de temps en vue de mettre les signaux au vert quant à la levée de l’embargo pesant sur le Mali depuis janvier dernier. La dernière avance en date est la publication le mardi 28 juin 2022 du chronogramme des élections à venir, celles devant marquer la fin de la transition en cours et le retour lordre constitutionnel dans le pays.

sa rencontre avec le corps diplomatique accrédité au Mali ; rencontre tenue le lundi 27 juin 2022 dans les locaux de son département, le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale SE Abdoulaye DIOP avait annoncé qu’un chronogramme sera diffusé après consultation des forces politiques. C’est désormais choisi faite. Les ministères de l’administration territoriale et de la centralisation du gouvernement ne rencontraient visiblement pas le grand obstacle pour faire passer son calendrier comme une lettre la poste. Les yeux rivs sur le 03 juillet d’Accra, le jeu de la compréhension et des concessions en valait la chandelle pour chaque partie. Du coup, entente at faite sur un chronogramme selon lequel le collège électoral sera convoqué en octobre 2023 pour llection présidentielle dont les premiers et seconds tours sont prévus en février 2024. Les premiers et seconds tours des lections des députés l’Assemblée nationale sont prévus en octobre et November 2023, le rfrendum au mois de mars 2023 et les lections pour les conseillers des collectivits territoriales sont prvues juin 2023.

Cette dernière avance s’ajoutant aux précédentes que sont la fixation de la durée de Transition, la mise en place d’une commission chargée de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, l’adoption de la nouvelle loi électorale par le Conseil national de Transition (CNT) et sa promulgation par le chef de ltat, la mise en place de l’Autorité indépendante de gestion des élections (Aige); Bamako semble tre en droit de voir le verrou de ses sanctions sauter la toute prochaine occasion qui va sy prter.

ANDROUICHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *